07262017Headline:

Côte d’Ivoire: CIE,Mamadou Koulibaly fait des révélations sur la hausse des factures d’électricité

lider-Mamadou koulibaly

Côte d’Ivoire: CIE, Koulibaly fait des révélations sur la hausse des factures et propose

Les ménages ivoiriens sont en ébullition depuis la hausse constatée sur leurs dernières factures  d’électricité. Si elle n’a pas doublé pour certains, d’autres ont constater leur consommation tripler. L’une des raisons de la grogne sociale actuellement dans le pays.

Mamadou Koulibaly révèle dans une note dont KOACI. s’est procuré copie que, les bailleurs de fonds ayant constaté le déficit structurel du secteur de l’électricité dans le pays contrairement à certaines déclarations, ont demandé au gouvernement de procéder à l’augmentation du prix de l’électricité pour rentabiliser le secteur en proie à une dette importante .

« Mais au-delà de la guerre des chiffres et des artifices de communication, le problème de fond est le déficit structurel du secteur de l’électricité », indique le président de Liberté et Démocratie pour la République (Lider), avant de révéler: « Pour le résorber et rendre le secteur capable de rembourser sa dette, une augmentation conséquente des tarifs est nécessaire. Les bailleurs de fonds ont donc demandé à Alassane Dramane Ouattarade procéder à une augmentation graduelle du prix de l’électricité, commençant par 2%, et allant graduellement jusqu’à 18%. Convaincu que les Ivoiriens encaisseront tout sans broncher, Ouattara, à la stupéfaction générale, a préféré asséner 16% d’augmentation en moyenne d’un coup aux populations, 2% restants à appliquer. »

L’ancien chef du parlement se mettant à la place du pouvoir propose des solutions suivantes, afin de mettre fin à cette hausse dans un pays, où la pauvreté côtoie le quotidien de ses concitoyens.

« Le gouvernement LIDER mettrait immédiatement la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie) devant ses responsabilités. Celle-ci a en effet répercuté sur l’ensemble des populations son manque à gagner des zones Cno gérées par la rébellion pendant la crise consécutive au putsch manqué de septembre 2002, alors que les gestionnaires de l’époque sont encore bien vivants et affectés aux plus hautes fonctions de l’Etat. Soit la Cie poursuit les auteurs de ce crime économique, qui sont connus de tous, devant les tribunaux, soit elle fait supporter son manque à gagner à ses actionnaires en le passant par pertes et profits, mais en aucun il ne sera accepté qu’elle fasse payer le consommateur pour son manque de courage ou la bienveillance de ses actionnaires envers les auteurs de crimes économiques ; Le gouvernement LIDER demanderait à la Cie qu’elle explique aux consommateurs l’origine et la pertinence de la prime fixe qui apparaît sur les factures ; Le gouvernement LIDER procéderait immédiatement à la défiscalisation des panneaux et des matériels solaires pour permettre aux ménages de s’en équiper et d’accéder ainsi à l’électricité à moindre coût. Ceci dégagera un surplus de courant classique, qui serait alloué aux entreprises et industries, grandes consommatrices et gros contribuables en quête d’une fourniture stable et de qualité ; L’électricité produite en Côte d’Ivoire provient principalement de deux sources : l’eau (barrages hydrauliques) et les produits pétroliers (centrales thermiques). Le prix du pétrole est à la baisse depuis plus d’un an, sans que les charges du secteur ne suivent la dynamique, à cause du manque de flexibilité qui le caractérise. Un gouvernement LIDER réduirait les coûts du secteur à travers la suppression des charges de fonctionnement de certains intervenants : La Société ivoirienne de raffinage (Sir), la Société ivoirienne de béton manufacturé (Sibm), la Petroci qui vivent dans le secteur public, mais qui se comportent comme des acteurs du privé (notamment en termes de salaires, de carrière etc.). Egalement, au lieu de vendre ses parts progressivement à des parents sans explication comme l’a fait le gouvernement Ouattara, LIDER liquiderait la Petroci au plus offrant et réaffecterait ses attributions soit à la Sir, soit au secteur privé », sont en autres ce que aurait fait Mamadou Koulibaly s’il était chef de l’Etat.

La CIE, dont la rémunération est fixe et annuellement fixée avec l’Etat, est injustement par ailleurs, au constat, cible de la diatribe d’une frange radicale de l’opinion.

Cette dernière n’hésite pas, plutôt que s’en prendre aux politiciens qui décident et font profiter à l’Etat des hausses, à salir son image alors qu’elle apparait plus que victime des conséquences des décisions politiques en matière de hausse.

Pour rappel, Le président de la République, Alassane Ouattara, a promis se prononcer sur la hausse de la facture d’électricité, le 1er mai prochain à l’occasion de la traditionnelle fête du travail.

Donatien Kautcha, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment