10172017Headline:

Côte d’Ivoire /Encore un mauvais signe pour Soro – L’Etat ferme la plus grande mine d’or de Wattao

soro et wattao

Les autorités ivoiriennes ont récemment fermé une importante mine d’or comme le réclamait les enquêteurs des Nations Unies (ONU). Des responsables de l’Armée ivoirienne ont en effet annoncé jeudi la fermeture de cette mine appartement à un officier supérieur de l’Armée, le Lieutenant Colonel Issiaka Ouattara dit Wattao, Commandant adjoint de la garde républicaine et jugé très proche de l’ex chef rebelle Soro Guillaume.

Le gouvernement ivoirien par la voix de son ministre de la défense Paul Koffi Koffi n’a toutefois pas officiellement reconnu l’appartenance de cette mine à l’officier supérieur. « Nous avons donné un ultimatum aux mineurs de quitter avant la date limite et nous avons envoyé nos forces, mais ils avaient déjà quitté. Il devait être dégagé avant l’élection. », a déclaré Paul Koffi Koffi Reuters.

Reuters avait constaté dans une enquête passée que cette mine située dans le village de Gami dans l’ouest du pays, occupait une place importante dans l’empire des affaires du l’ex Commandant de l’ex rébellion ivoirienne, passé officier supérieur dans l’armée nationale une fois monsieur Ouattara arrivé au pouvoir en 2011.
Selon un groupe d’experts onusiens chargés de surveiller l’embargo imposé par le Conseil de sécurité, la mine de Wattao qui employait près de 16 000 travailleurs dans un bidonville tentaculaire avait un chiffre d’affaires annuel d’une valeur de près de 97 millions de dollars US. Une enquête de Reuters a révélé que la mine a permis à l’ancien rebelle Wattao de maintenir une force militaire composée de combattants sous son contrôle exclusif. Une allégation que le concerné a nié.
Les forces de sécurité ivoiriennes se préparaient à élargir l’opération à d’autres mines dans l’ouest du pays. « Ils l’ont fait parce que tout le monde était illégal… Ils ont mis le feu. Ils ont démantelé tout, » a déclaré à Reuters un ancien acheteur d’or , qui a souhaité garder l’anonymat.

Avec l’agence Reuters

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment