10172019Headline:

Côte d’Ivoire/ Filière cacao: la baisse des prix a fragilisé les producteurs, car le prix bord champ a diminué de 1100 FCFA le kilo en 2016 à 700 FCFA en avril 2017

La Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’Ouest comptant 24 548 332 d’habitants en 2018, est le premier producteur mondial de fèves de cacao, avec une production moyenne annuelle de 2.000.000 tonnes, soit 41 % de l’offre mondiale. Sur le plan macro économique national, le niveau de production atteint fait que l’économie cacaoyère fournit environ 50 % de recettes d’exportation, et contribue pour 20 % au Produit Intérieur Brut (PIB). Au plan social, selon les recherches bibliographiques, ce sont environ 600.000 chefs d’exploitation qui animent l’appareil de production, faisant ainsi vivre environ 8.000.000 de personnes des revenus du cacao.

Mais, pour mériter la première place mondiale et faire mieux profiter aux ivoiriens les revenus de l’or brun, la CI doit relever des défis majeurs: 1) la qualité de son Cacao ; 2) le respect des règles d’éthique éditées par l’industrie du chocolat signé le 19 Septembre 2001 sous forme d’un protocole connu sous le nom de protocole Harkin-Engel qui lutte contre la traite des enfants dans la cacao culture, 3) la convention N° S 138 et 182 de l’OIT et 4) la gestion transparente et rigoureuse de la filière gérée par le Conseil Café Cacao.

Après la faillite de la Caisse de stabilisation et de soutien des prix des productions agricoles (Caistab) dans les années 1990 et la réforme de la filière sous le Président Laurent Gbagbo, une autre reforme a été engagée en 2011 par le président Alassane Ouattara par une Ordonnance n° 2011-481 du 28 décembre 2011 fixant les règles relatives à la Commercialisation du Café et du Cacao et à la Régulation du Conseil Café-Cacao (CCC).

Mais cette troisième réforme va connaitre des scandales qui ne sont pas structurels mais qui sont dus à la mise en œuvre des missions du CCC face aux exigences de transparence et la redevabilité. Les missions du conseil Café Cacao sont très larges et elles permettent à la filière de rester stable malgré les chocs : les missions de régulation, de stabilisation et de développement. Mais 4 ans après sa création en 2012, la valeur de « l’or brun » a continuellement chuté sur le marché international, passant sous la barre de 2000 dollars la tonne (1 100 000 FCFA) d’août 2016 à 2018. La Côte d’Ivoire est le premier pays producteur mondial de Cacao.

Ce secteur représente les deux tiers des emplois directs et indirects et des revenus de la population (selon la Banque mondiale). Le gouvernement a décidé de fixer à 700 FCFA le kilo et le prix garanti d’achat du cacao bord champ pour la campagne intermédiaire 2016-2017 et 750 F CFA, pour la campagne 2018-2019. Ce qui est une baisse importante et un manque à gagner pour les producteurs. Après 5 ans de forte croissance (qui a fait baisser la pauvreté de 51% à 46%), l’économie ivoirienne montre ses premiers signes d’essoufflement. Si, de 2012 à 2015, cette croissance a été de plus de 9 %, elle a régulièrement connu une baisse jusqu’à atteindre 6,3 % en 2018 et 2019.

Lire sur Afrik Soir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment