12122017Headline:

Côte d’Ivoire, La dette publique augmente, de 34,2 du Pib à 37,5% en 2015

ouatara et frere

La note relevée de B1 à Ba3 avec des perspectives stables

Le niveau d’endettement de la Côte d’Ivoire est passé de 34,2 du Pib à 37,5% en 2015.

C’est ce qu’indique le dernier rapport de l’agence de notation américaine, Moody’s, rendu public par Financial Afrik. Pis, selon les projections de cette agence, la dette devrait osciller « entre 40-45% » du Pib « au cours des prochaines années ». Sur la question de l’endettement, nombreuses analyses économiques ont soutenu récemment que la Côte d’Ivoire ploie sous un taux qui avoisine celui qu’elle a connu, à la veille de l’obtention du programme Ppte (Pays pauvre très endetté). Une approche que les autorités ivoiriennes ont rejetée du revers de la main. « Les ratios d’endettement sont en ligne avec les standards en la matière, aussi bien dans la zone Uemoa qu’au niveau du Fmi. Le ratio dette publique totale sur Pib est de 36% à fin 2014 et d’environ 35% en 2015. Il n’y a donc pas de risque de surendettement car le Gouvernement reste soucieux du respect des limites de la stratégie nationale d’endettement », avait indiqué Abdourahmane Cissé, ministre en charge du Budget, dans une interview accordée à ce même périodique, et publiée le 26 octobre 2015. En outre, l’agence basée à New-York note de bonnes perspectives économiques pour ce pays phare de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) avec le maintien, à un niveau faible, du déficit public, 2,9% du Pib en moyenne entre 2011 et 2015, malgré la hausse des dépenses publiques estimées à 7,9% du Pib en 2015 contre 2,5% en 2011. Une discipline budgétaire tirée par un environnement extérieur favorable, avec les cours élevés du cacao, mais aussi par l’amélioration de la mobilisation des recettes fiscales en hausse moyenne de 22,8% sur la période. Moody’s a, en effet, relevé la note à long terme de la Côte d’Ivoire, de B1 à Ba3, avec des perspectives stables. Par ailleurs, après une croissance du Pib réel, en moyenne de 9,2% en 2012-2015, cette agence américaine prévoit « une croissance moyenne de l’ordre de 8% par an à moyen terme » portée par la mise en œuvre du Plan national de développement 2016-2020. Toujours selon ce spécialiste de la notation, le renforcement de la gouvernance institutionnelle, va favoriser la poursuite des réformes de l’administration ivoirienne. Des réformes dont les résultats sont perceptibles avec le classement du pays parmi les 10 meilleurs réformateurs dans le Doing Business 2014 et 2015 et les performances de la gestion budgétaires, apprécie cette agence. Toutes choses qui devraient contribuer à améliorer le climat des affaires et à augmenter l’investissement privé qui devrait atteindre 10,7% du Pib en 2015 (contre 5,6% en 2011) et puis « un minimum de 15% en 2020 » selon « les prévisions des autorités ivoiriennes ». L’agence américaine a fait observer que la récente réélection, dans un climat paisible, du président Alassane Ouattara, « dissipe sensiblement l’incertitude politique au cours des cinq prochaines années ». Une stabilité qui devrait se renforcer avec la « poursuite des efforts de réconciliation », en dépit des risques possibles mais « susceptibles d’être contenus ».

 

Jonas BAIKEH

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment