03272017Headline:

Côte d’Ivoire: Le pont reliant les rives du fleuve Comoé devient une réalité

pont comoe

: Le pont de Bassawa à 11 milliards de Fcfa reliant les rives du fleuve Comoé devient réalité

L’inauguration du pont construit sur le fleuve Comoé, reliant les villes de Bassawa dans la région du Hambol et Sérébou dans le département de Prikro (centre) a marqué vendredi la jonction de quatre régions ivoiriennes.

« Nos régions seront désenclavées pour toujours, le pont permettra de relier l’Iffou (Centre-Est), le Gbekê (Centre), le Gontougo (Nord-Est) et le Hambol (Centre-Nord). C’est miraculeux! », s’est enthousiasmé le député de Sandégué (nord-est) Aboubakar Ouattara qui dit avoir demandé en 2013 au chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara de construire le pont.

« Ce pont nous arrange! Maintenant, les camions vont pouvoir passer et aller jusqu’à Bouaké (centre) depuis Bassawa », s’est félicité Serge Kouassi Kouamé, apprenti conducteur d’une vingtaine d’années, depuis l’entrée de la ville.

Sakassou2

Comme lui lors de cette inauguration, des centaines d’habitants des deux rives, habitués jusque-là à emprunter un bac pour faire la jonction, ont emprunté pour la première fois l’ouvrage près de deux ans après le début des travaux.

Mariam Kouacou, venue assister avec des proches à la cérémonie présidée par M. Ouattara à Sérébou, estime que « grâce au pont », elle pourra « rencontrer plus facilement » sa famille.

Son voisin, Mouassa Kouacou qui a du mal à cacher sa joie, espère que grâce à cette infrastructure « extraordinaire » les planteurs d’anacarde pourront élargir leur clientèle afin d’écouler leurs produits. »

La zone d’influence du pont de Serebou-Bassawa, estimée à « plus de 3 millions d’habitants » par le ministère ivoirien des infrastructures économiques, représente une production annuelle d’anacardes estimée à 142.310 tonnes, « soit plus de la moitié de la production nationale ».

Le président ivoirien a procédé à l’inauguration du pont reliant Bassawa à Sérébou, financé par le gouvernement et la Banque mondiale à hauteur de 10,8 milliards de Fcfa.

La construction de cet ouvrage entre dans le cadre du Projet d’urgence de renaissance des infrastructures de Côte d’Ivoire (PRICI), une initiative dont l’objectif est de mettre l’accent sur la reconstruction des infrastructures du pays notamment dans les secteurs de la voirie urbaine, de l’eau potable, de l’assainissement urbain, de l’éclairage public, de la santé et de l’éducation.

NMI Par Noé Michalon

Alerte info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment