06232018Headline:

Côte d’Ivoire :Le retour aux mauvaises habitudes dans l’administration va de mal en pire

 

voitureAu constat il semble bien difficile de faire appliquer certaines règles en Côte d’Ivoire.

Le retour aux mauvaises habitudes dans l’administration est de plus en plus constaté sur le terrain et la grogne commence à monter. Au delà des cas multiples allant de la corruption pour l’obtention de documents et autres besoins de l’Etat aux “arrangements” sur les marchés, un saute aux yeux, l’utilisation à des fins personnelles des véhicules de l’Etat.

Après une période d’accalmie, le phénomène des voitures administratives estampillées de la plaque jaune et de la lettre ‘‘D’’sont de plus en visibles dans des endroits où on s’y attend le moins, notamment devant les maquis, bars boite de nuit ou autres restaurants d’Abidjan, est en forte recrudescence depuis un certains temps.

« Ce pays on ne fait que critiquer, mais aucun président n’arrivera à changer le comportement des citoyens. Cette voiture garée là, le propriétaire vient ici tous les week-ends accompagné d’une meute des filles de joie pour y passer un bon moment. Alors que ce samedi, cette voiture est censée garée », nous indique le MDL YT de l’escadron de la gendarmerie de Yopougon du Toit-rouge, venu à notre rencontre alors que nous nous approchions du véhicule pour mieux l’observer.

Affoué Konan qui semble bien renseigné sur le sujet, nous apprend quant à lui que le véhicule de service de son oncle, cadre aux impôts de Yopougon, servirait également les week-ends aux transports des marchandises de sa mère en provenance de Noé à Aboisso dans le sud-est du pays.

« Les wôrô –wôrô du week-end, je ne te dis pas mon frère (votre serviteur..)», nous reprends Salifou Sylla, avant d’ajouter « Ces véhicules administratifs de l’Etat sont souvent nos concurrents ici à Yopougon dans le transport des passagers à certaines heures des jours ouvrables et les week-ends, là alors on en parle pas », nous précisera ce dernier qui se dit chauffeur de taxis communal.

MR N’Dri cadre dans un ministère de la place, rencontré en pleine troisième mi-temps après une partie de football avec ses amis et dont la voiture estampillée ‘ ‘D’’ est garée sous nos yeux, révèlera que ces comportements sont devenus tel une habitude des ivoiriens. « Vous voyez quant le président Ouattara était premier ministre il avait engagé un combat contre le véhicules administratifs qui circulaient les jours non ouvrables. Mais il fut combattu à son temps pour cela. On peut se servir de sa voiture pour faire de petites courses, mais je vous confirme que ces véhicules servent à autre choses durant les week-ends. En cas d’accident c’est à vos risques et périls. » nous indiquera t’il.

Jeudi soir c’est une voiture plaque D10 avec à son bord un homme d’une quarantaine d’année et une belle jeune demoiselle habillée comme si elle partait en soirée, qui garait devant une pizzeria de Cocody aux alentours de 22H. Ce vendredi soir au remblais de Koumassi deux véhicules plaques jaunes était garés devant une discothèque par ailleurs de mauvaise réputation.

Les constats flagrants de véhicules de l’Etat utilisés à des fins personnels en dehors des heures et jours de travail dans l’administration, ont pris un telle ampleur ces derniers temps qu’on croirait à un relâchement inquiétant de la rigueur pourtant martelé par le président Ouattara tel un gage d’assurance quant à l’avenir de son pays.

Entre le discours et la réalité il y a bien souvent un fossé et si Ouattara qui demande des preuves, c’est une nouvelle qui lui est portée.

Donatien Kautcha

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles