10012020Headline:

Côte d’Ivoire Où va l’argent que prelève la CIE sur les factures d’électricité pour les Ramassages des ordures:?

facture

La taxe rémunératoire enlèvement d’ordures ménagères n’es pas versée à qui de droit.

Où va l’argent que la Compagnie Ivoirienne d’Électricité (CIE) prélève sur les factures d’électricité au titre de la taxe rémunératoire ordures ménagères ?

Sur les factures d’électricité émises par la CIE en juin 2014 pour la consommation de la période d’avril à juin, un message inhabituel est adressé aux clients. « Cher client, la taxe communale change de dénomination à compter de mai 2014. Elle sera remplacée par ½ taxe rémunératoire enlèvement ordures ménagères +. Le calcul de cette taxe reste inchangé. »

La note d’information renseigne de façon explicite que la population participe à l’assainissement de son environnement, particulièrement au ramassage des ordures. Mais qu’avons-nous constaté ? Les ordures étaient de retour dans les rues d’Abidjan avant la fermeture, dernièrement, de la décharge d’Akouédo.

Ce constat nous a conduit, en septembre 2014, vers la structure étatique en charge de la gestion de la salubrité en Côte d’Ivoire, l’Agence Nationale de la Salubrité Urbaine (Anasur). Entre plusieurs raisons données par Sarrahn Ouattara, directeur général de l’Établissement, dont le retard dans le paiement des dus des opérateurs de la filière, figure celle de la non réception de l’argent que la CIE collecte auprès de la population. Argent, comme indique le libellé, est destiné à « l’enlèvement des ordures ». Ce qui a pour effet de provoquer un dysfonctionnement du dispositif de l’Anasur.

En effet Sarrahn Ouattara a déclaré que « la CEI fait croire sur les factures que nous recevons de l’argent pour la salubrité. Ce qui n’est pas vrai. Les prélèvements restent un peu vagues. Nous n’avons même pas les listings des factures éditées et payées. La CIE nous reverse ce qu’elle veut et quand elle veut. Et ce montant ne couvre pas deux mois des charges de ramassage des ordures ». Alors où va cet argent ?

Aux dires de la Dg de l’Anasur qui a affirmé avoir posé la même question aux responsables de la compagnie d’électricité, il lui a été répondu que cet argent sert à rembourser les dettes de l’État envers la compagnie. Elle se le permet au vu et au su des autorités gouvernementales. Un vrai brigandage, pour ne pas dire une supercherie pour arnaquer les consommateurs. Car depuis la publication de l’article dans le quotidien L’inter (in son numéro du 29 septembre), aucun démenti n’a été apporté.

Il est important que si de l’argent doit être prélevé aux consommateurs, qu’il aille là où il est censé aller et non atterrir dans une autre caisse. Autrement dit, cela s’appelle un détournement de fonds. Et en cette attitude de la CIE, on peut voir une manœuvre à contre-courant de la politique de l’émergence dans son aspect salubrité. Et aussi, un appauvrissement de la population qui se voit obliger de payer des collecteurs de déchets pour enlever leurs ordures ménagères. Une double dépense. Alors que la CIE verse à l’Anasur l’argent qu’elle prend aux Ivoiriens.

LINFODROME

Comments

comments

What Next?

Related Articles