01242022Headline:

Côte d’Ivoire/ PND 2021-2025: une estimation de 21.000 MILLIARDS FCFA

Après la Chambre basse où elle était pour présenter le Plan national de développement (Pnd) 2021-2025, ce fut le tour des Sénateurs membres de la Commission des affaires économiques et financières (Caef) qui ont reçu, vendredi 17 décembre, l’émissaire du Gouvernement en la personne de la ministre du plan et du développement, Kaba Nialé, rapporte africanewsquick.

Pendant plus de 3 heures d’affilé, Nialé Kaba et les sénateurs ont épluché de fond en comble aussi bien l’exposé des motifs que le dispositif légal. Par le jeu des questions réponses, elle a pu par la clarté de ses réponses, emmener les Sénateur à donner quitus audit plan triennal qui boostera le développement de la Côte d’Ivoire au cours des trois années à venir.

Ainsi, faisant connaître l’exposé des motifs, de l’examen des projets de loi relatifs au Plan national de développement 2021-2025, la ministre Nialé Kaba a fait un bref historique des Pnd qui ont été exécutés.

« La politique de développement économique et social en Côte d’Ivoire s’inscrit, depuis 2012, dans un cadre cohérent de planification stratégique à court, moyen et long termes. Cette stratégie vise à assurer la transformation économique et sociale du pays en vue d’améliorer considérablement le bien-être des populations à travers la réduction de la pauvreté et des inégalités. Dans cette dynamique, deux (02) plans nationaux de développement, PND 2012‐2015 et 2016-2020, ont été élaborés et mis en œuvre avec une croissance moyenne de 8% sur la période 2012-2019. Malgré la pandémie à Covid-19, l’économie ivoirienne a fait preuve de résilience avec un taux de croissance du PIB réel estimé à 2% en 2020», a-t-elle révélé.

Cela dit, la patronne du Plan et développement s’est tournée vers l’objet de sa présence à la Fondation Félix Houphouët-Boigny (FFHB), pour la recherche de la paix, lieu qui sert d’hémicycle, à savoir le Pnd 2021-2025. Relevant les enjeux dudit plan elle a dit : « Dans l’optique d’accélérer la marche vers l’émergence à travers l’industrialisation de l’économie et une meilleure répartition des fruits de la croissance, en conformité avec les documents de l’Etude Nationale Prospective CI-2040 et du Plan Stratégique CI-2030, le PND 2021-2025 a été élaboré. Il capitalise les priorités de développement internationales et régionales, notamment les Objectifs de Développement Durable (ODD) et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Le PND 2021-2025 est également fondé sur le Programme Présidentiel qui invite à bâtir « Une Côte d’Ivoire Solidaire »».

Entrant dans les détails dudit Pnd, Nialé Kaba dira que «ce plan est structuré autour des six (06) piliers suivants : accélération de la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation et le développement de grappes ; développement du capital humain et promotion de l’emploi ; développement du secteur privé et de l’investissement ; renforcement de l’inclusion, de la solidarité nationale et de l’action sociale ; développement régional équilibré, préservation de l’environnement et lutte contre le changement climatique ; renforcement de la gouvernance, modernisation de l’Etat et transformation culturelle. L’objectif global du PND 2021-2025 est de réaliser la transformation économique et sociale nécessaire pour hisser la Côte d’Ivoire, à l’horizon 2030, au rang des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure.»

Les six piliers du nouveau Pnd pour booster le développement économique et social de la Côte d’Ivoire connu, Kaba Nialé a levé un coin du voile sur les montants que l’on devra mobiliser pour financer ce développement tant souhaité.

Elle a donc révélé que «le coût global des investissements nécessaires est d’environ 59 000 milliards de FCFA, dont 15 353,3 milliards de FCFA pour le secteur public, soit 26%, et 43 646,7 milliards de FCFA pour le secteur privé, soit 74% du total des investissements. Le besoin de financement public du PND 2021-2025 s’établit à 21 110,3 milliards de FCFA.»

Nialé Kaba expliquera que «ce besoin sera comblé par : un recours au marché financier à hauteur de 11 774,7 milliards de FCFA dont 5 191,5 milliards à mobiliser sur le marché extérieur et 6 583,2 milliards de FCFA sur le marché régional ; un Groupe consultatif pour mobiliser 9 335,6 milliards de FCFA, dont 3 922,2 milliards de FCFA de financement acquis et 5 413,4 milliards de FCFA à rechercher… »

Elle a fini par cet appel qui a été entendu par les membres de la Caef qui ont voté ledit projet de loi sans ambages : « Au regard de ce qui précède, il est nécessaire que le PND 2021-2025, boussole du développement de la nation soit porté par une loi, expression de la volonté, de la participation et de l’adhésion du peuple à l’œuvre commune de développement et de construction d’une société moderne.»

Sapel

Comments

comments

What Next?

Recent Articles