07252017Headline:

Côte d’Ivoire –presidentielle2015-Lutte contre la pauvreté Voici les plans d’ Essy Amara

essy

Avec la provincialisation, Essy Amara sortira les zones rurales de la pauvreté

La lutte contre la pauvreté reste l’objectif principal des gouvernants africains. En Côte d’Ivoire, le principal objectif du pays était de ramener l’incidence de la pauvreté de 48.9 % en 2008 à 33.6 % en 2013 pour tomber à 16.0 % à l’horizon 2015. Mais le gouvernement actuel a échoué dans la mesure où près de 50% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

Une pauvreté élevée en zone rurale

On estimait la population vivant en deçà du seuil de pauvreté à respectivement 11% en 1985, 31% en 1993 et 37% en 1995 (banque mondiale, 1997). En 1998, le taux de pauvreté qui était de 33,6% sur le plan national et 41,8% en milieu rural, est passé en 2008 à 48,9% sur le plan national et 60,5% en zone rurale. Soit une hausse de 20points comparée à celle de la zone urbaine qui est, selon les statistiques de la banque mondiale de 6 points. L’indice d’écart de la pauvreté est plus important en milieu rural qu’en milieu urbain entre 1998 (13,9% contre 5,9%) et 2002 (17,1% contre 7,3%) témoignant au moins deux fois plus d’efforts pour sortir la zone rurale de la pauvreté.

L’enclavement et le manque de politique de développement en zone rurale

L’enclavement des régions rurales y favorise une agriculture de subsistance qui privilégie les techniques traditionnelles au détriment de toute modernisation. Cette situation ne permet pas non plus aux populations locales de répartir sur plusieurs marchés les risques provoqués, par exemple, par des intempéries importantes. Dans notre pays, l’effort de développement a seulement concerné Abidjan et les grandes villes de l’intérieur du pays en oubliant les zones rurales. Le potentiel de ces zones n’a pas suffisamment été pris en compte pour créer des pôles de croissance dans notre pays.

La provincialisation comme une solution pour sortir les zones rurales de la pauvreté

Dans les pays les moins avancés, les stratégies de développement accordent, implicitement ou explicitement, une importance grandissante à l’organisation spatiale de la production et de la distribution. En particulier, en Afrique, nombre de pays ont adopté des plans de lutte contre la pauvreté, en s’efforçant de fixer des priorités en matière de dépenses et d’interventions publiques prenant en compte la dimension spatiale du processus de développement.

Pour les pays côtiers dont le centre économique est souvent situé en bord de mer, la construction mais aussi l’entretien d’infrastructures vers les territoires intérieurs sont nécessaires au développement de leur agriculture et de leur industrie agroalimentaire.

Nous proposons une politique de provincialisation qui consistera à donner plus d’autonomie aux régions. Il s’agit pour nous de décentraliser au maximum le pouvoir et les décisions pour permettre au peuple de se prendre en charge à la base. En accord avec notre vision de provincialisation du pays, nous allons accélérer la décentralisation, les formations afin de fournir une formation de proximité adaptée à chaque localité. Elle permettra la création de micro-pôles ruraux, qui sont des pôles économiques et prendront appui sur des moyens de communication modernes reliés à des technopôles urbains ou aux mégapoles universitaires nationaux, provinciaux, régionaux voir internationaux. Avec notre politique de provincialisation, le tourisme pourra devenir un instrument de développement des régions.

L’agriculture et le secteur agro-industriel contribuent à l’emploi des deux tiers de la population active, et génèrent entre 40% et 70% des recettes d’exportation. Le pays peut attirer les transformateurs pour capter une plus grande valeur ajoutée au niveau du secteur agricole. Dans notre vision de la provincialisation, l’approche agro-industrielle sera privilégiée et elle pourra s’insérer dans une approche régionale pour tenir compte de la spécificité des richesses locales. La mise en œuvre de l’agro-industrie qui permettra la transformation sur place, de la majorité de nos produits agricoles.

PRAO Yao Séraphin, MNSEA

connection

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment