09272021Headline:

COTE D’IVOIRE Projets immobiliers : Des souscripteurs dénoncent une grosse arnaque !

logement

Avoir un toit a toujours constitué une préoccupation majeure pour tout Ivoirien. C’est pourquoi, le slogan : ‘’Devenez propriétaire d’une maison en payant 15.000 F par mois’’ de l’Ong ‘’ Progressons ensemble ‘’, sise à Yopougon, n’a pas manqué d’attirer plusieurs souscripteurs dans son projet intitulé Programme d’aide institutionnelle au logement (PAIL).

Un programme permettant aux ‘’bénéficiaires constitués essentiellement de personnes organisées en associations de bénéficier d’un prêt immobilier remboursable et qui leur servirait à acquérir un terrain puis une maison’’. Malheureusement, ces projets qui étaient annoncés à N’Dotré, Cocody et Yamoussoukro sont en passe d’être une grosse arnaque au regard des nombreuses plaintes contre cette Ong. Des victimes qui nous ont contactés, à notre rédaction, semblent être résolues à dénoncer une escroquerie à grande échelle qui ne dit pas son nom. La communauté villageoise d’Abouabou, Ciprel, Sodexam, le groupe Fatola et même des partenaires étrangers en ont fait l’amère expérience. Il y a quelques temps, des propriétaires terriens du village d’Abouabou, réunis au sein d’un collectif de 100 personnes ont sollicité l’Ong ‘’Progressons ensemble ‘’ en vue de réaliser un projet immobilier. Pour conduire l’opération, le président de l’Ong, Ndja Mathurin, exige à chacun d’eux, la somme de 250.000 f représentant les frais de dossier. Au total, la faramineuse somme de 25 millions de fcfa a été mobilisée et reversée dans les caisses de l’Ong sise à Yopougon. « Pure arnaque ! » affirment aujourd’hui plusieurs victimes. « Le président de l’Ong Ndja Mathurin a déposé nos 25 millions de fcfa dans une banque pour servir de cautionnement. Avec ingéniosité, celui-ci a exigé nos lettres d’attribution pour hypothéquer le prêt devant servir à l’exécution du projet», s’est indigné un villageois qui soutient avoir été abusé. Ce projet, a-t-il révélé, n’a jamais vu le jour et l’argent perçu n’a pas été restitué. Cette ‘’forfaiture’’ de l’Ong s’est poursuivie avec la mutuelle de Ciprel.

Un tandem familial !

Sollicitée dans le cadre d’un projet immobilier, cette Ong a reçu un acompte de 56 millions de fcfa de ladite société pour réaliser la première tranche de son opération. Mais, là encore, le projet est resté au stade d’une jolie maquette et l’argent n’a jamais été restitué. « Même lorsque les projets ont connu un début d’exécution, N’Dja Mathurin ne tient pas ses engagements ; de sorte que les parties se retrouvent souvent au tribunal. Le 05 mai 2009, le groupe Fatola a conclu un protocole d’accord avec cette Ong en vue de la réalisation de 10 villas d’un coût de 48 millions de fcfa. Après avoir donné un acompte de trois (03) millions de fcfa, l’Ong s’est refusée de solder son compte malgré un rapport de chantier établi par la société IDIS (chargée de la supervision) à la fin des travaux. L’affaire s’est achevée devant la 4ème chambre du tribunal du commerce, en son audience publique du 07 mai 2013, où l’Ong a été condamnée à lui payer la somme de 45 millions de fcfa au titre du reliquat », a révélé une autre victime qui a souhaité garder l’anonymat. Et ce n’est pas tout. A la Sodexam, les victimes de ‘’Progressons ensemble’’ ne décolèrent pas. «Cette structure est une affaire de famille. Ndja Mathurin a créé cette Ong avec sa mère dame Alétchi qui en est la trésorière. Seul les deux ont droit de signature sur les chèques. Sa cousine tient la caisse. C’est de cette manière que le promoteur de l’Ong a réussi à pomper l’argent des nombreux souscripteurs qui se chiffre à plus d’une centaine de millions de fcfa. Même l’un de ses partenaires israéliens a été grugé dans cette affaire quant il s’est agi de construire les villas témoins», se sont indignés ces plaignants qui nous ont contactés. « Plusieurs plaintes ont été portées à la police économique et à la police criminelle, mais elles ont été classées sans suite », ont-ils regretté

Réaction de l’Ong ‘’Progressons ensemble’’

Joint par téléphone le samedi 01er février 2014, N’Dja Mathurin Okon a bien voulu donner des explications. Pour lui, il n’y a pas eu d’arnaque. Tous les souscripteurs auront gain de cause. « Il s’agit d’un projet social. Et il faut être patient en matière de projet immobilier, car, il y a toujours des imprévus. Des maisons ou des terrains ont été fournis du fait qu’il n’y a pas de liquidité. Les souscripteurs doivent comprendre que nous ne sommes pas une banque », a-t-il réagi. Ajoutant que pour ceux qui n’ont pas eu gain de cause dans le projet, il y a eu des moratoires de remboursement. En outre, le président de l’Ong a fustigé le comportement de certains de ses collaborateurs qui ont tenté de l’évincer à la tête de l’organisation en 2011. Comme on le voit, souscripteurs et promoteur du projet ‘’Devenez propriétaire d’une maison en payant 15.000 F par mois’’ ne parlent pas le même langage.

G. DE GNAMIEN

Comments

comments

What Next?

Related Articles