01192017Headline:

Côte d’Ivoire – Voici ce que le président de la CEI Youssouf Bakayoko veut encore faire…

bakayoko youssouf

Abus de pouvoir : le président de la CEI veut arracher de force un terrain à un opérateur économique

Youssouf Bakayoko veut s’accaparer le terrain de l’ex-Soderiz

“Le boss de la CEI entre dans les affaires par effraction”, tel est le titre de l’article relatif à cette affaire dévoilée par la Lettre du continent.

Youssouf Bakayoko, le président de la Commission Électorale indépendante (CEI), tente de toutes ses forces d’arracher un terrain à un opérateur économique. Les faits se déroulent à Séguéla, sa ville natale, et concerne le site de l’ex-Soderiz, situé près du stade Losseni Soumahoro. A en croire la Lettre du continent (Lc) qui donne l’information, en son édition n°712 du 2 septembre 2015, le président de la Cei veut arracher à Vassiriki Konaté, patron de l’entreprise Utexi, ledit terrain qu’il s’est acquis et pour lequel il détient tous les titres fonciers. D’ailleurs, il y a bâti son usine de trituration Ivoire cajou. Du ministère de la Construction, Vassiriki Konaté a même obtenu un Arrêté de Construction définitive (ACD).

Malgré cela, le bi-hebdomadaire fait savoir que « Youssouf Bakayoko exige de prendre possession des lieux ». Pour le faire, le président de la CEI, oncle du ministre Hamed Bakayoko, brandit la photocopie d’un document qui aurait été signé par Jean Noël Loukou, ex-directeur de cabinet d’Henri Konan Bédié, dans les années 90. Il s’agit d’une promesse de cession de cette parcelle pour un F cfa symbolique. D’après Lc, la version originale de cette lettre reste introuvable.

N’empêche, Youssouf Bakayoko « a tenté de s’emparer du site par la force avant la visite officielle d’Alassane Ouattara », en juillet dernier dans la région, rapporte Lc. Mais le président de la CEI a accusé un échec face auquel il a dû recourir à la justice en vue de faire annuler l’ACD obtenu par son adversaire Vassiriki Konaté. Là encore, Youssouf Bakayoko a été débouté par la chambre administrative de la Cour suprême. Désormais, il veut porter l’affaire au pénal. Il accuse le patron d’Ivoire cajou d’avoir obtenu des actes de propriétés de manière frauduleuse.

La Lettre du continent écrit que c’est une pratique usuelle en Côte d’Ivoire. « D’autres figures du régime Ouattara ont multiplié, ces dernières années, les voies de faits ou les spoliation ». Quelques exemples. En 2012, le franco-libanais Philippe Nakad en association avec Zoumana Bakayoko, le frère d’Hamed Bakayoko, a revendiqué la propriété de Yara West Africa, société de Charles Kader Gooré, un proche de Gbagbo, et a créé Agro West Africa. En 2011, le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara dit ”Wattao” s’étaient emparé des résidences et du parc automobile de l’homme d’affaires franco-ivoirien, Frédéric Lafont, contraint à l’exil. Si l’épouse de ce dernier a pu récupérer leurs biens grâce à une intervention de Bédié, tel n’est pas le cas pour Gooré. La justice qu’il a saisie ne s’est pas encore prononcée.

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment