08182017Headline:

Côte d’Ivoire Voilà la somme que Ouattara a offert à chacun des 8400 ex-rebelles devenus FRCI

grogne des frci et nego

La crise au FPI ainsi que les suites de la récente mutinerie des FRCI sont les deux sujets de notre revue de presse de ce mercredi 2 décembre 2014. Bienvenue sur Linfodrome.ci.

Les mutins ont eu gain de cause

Les militaires grévistes qui avaient, il y a quelques jours, secoué la République ont vu une partie de leurs revendications satisfaites. C’est ce que fait savoir Le Patriote à sa Une du jour. « Les militaires ont perçu leurs arriérés de solde : explosion de joie dans les casernes », titre le journal. « Les fêtes de fin d’année s’annoncent très bien pour la grande muette. Aujourd’hui, dans les différentes casernes militaires, c’est la joie et le sourire. En effet, la grosse colère du 18 novembre dernier et l’anxiété qui se lisait sur le visage de certains militaires ne sont plus qu’un lointain souvenir. Depuis le 1er décembre, selon des informations dignes de foi, beaucoup de soldats passent à la caisse et d’autres passeront dans les jours à venir. Joints au téléphone, plusieurs d’entre eux ont confirmé l’information », écrit le quotidien.

Notre Voie qui confirme également l’information indique que ces arriérés s’élèvent à plusieurs milliards. « Après la révolte des FRCI : Ouattara paye 6 milliards de primes de guerre », barre à sa Une le quotidien qui explique que, « depuis le lundi 1er décembre, un premier groupe de 8400 ex-rebelles devenus FRCI ont perçu, chacun sur son compte bancaire la somme de 710.000 FCFA au lieu des 900.000 FCFA promis. Les autres ex-rebelles devenus FRCI percevront leurs 710.000 FCFA d’ici le vendredi 5 décembre 2014. Ce qui fera environ 6 milliards de FCFA pour 8400 ex-rebelles devenus FRCI ».

Pour sa part, Soir Info croit savoir qu’en dépit de ce règlement, des problèmes existent toujours. « Après la mutinerie des FRCI : des gendarmes mécontents », écrit en manchette le journal. « Le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi a échangé, à son cabinet au Plateau, hier mardi 2 décembre 2014, avec des gendarmes. Après cet entretien, des informations ont circulé, annonçant que l’autorité gouvernementale a été séquestrée. « Il n’en est rien », a réagi Paul Koffi Koffi que Soir Info a eu au téléphone après 20 h. A l’écouter, cette rencontre était relative à la situation des 300 gendarmes et 300 policiers issus de l’accord de Pretoria que l’accord de Ouagadougou a demandé de prendre en compte. Selon lui, la rencontre d’hier mardi concernait les gendarmes. Qui sont venus, a-t-il informé, à 60. Paul Koffi Koffi a confié leur avoir dit qu’il ne pouvait parler avec tout ce monde. Finalement, ce sont 4 gendarmes qui ont échangé avec lui. Les autres gendarmes, restés dehors, n’appréciant certainement pas cela, « murmuraient, pas plus», à écouter le ministre de la Défense. Toujours selon notre interlocuteur, au cours de la réunion qui a duré de 17 h 30 à 19 h, les représentants des gendarmes ont souhaité qu’on leur fasse un rappel de salaire depuis 2005 », relate le journal.

Affi perd un fidèle

Dans la course à la présidence du FPI, l’ancien Premier ministre, candidat à sa propre succession a vu son équipe de campagne désertée par un de ses plus fidèles alliés, fait savoir Le Temps. « Après la lettre de Gbagbo : le Directeur de la communication d’Affi démissionne », écrit en manchette le journal. « Plus rien ne va dans le camp d’Affi N’Guessan. Depuis la réception du courrier du président Gbagbo, confirmant sa candidature à la présidence du FPI, c’est le branle-bas dans la bande à Affi (…) Franck Anderson Kouassi a décidé de prendre ses responsabilités en démissionnant de son poste de directeur de la communication de la direction de campagne d’Affi N’Guessan ».

Quant à L’Inter, il indique que c’est à travers un sms que l’ex-patron du CNCA s’est retiré. « hers amis, vous voudriez noter ma démission, ce jour, de la direction de la communication de l’équipe de campagne du président Affi. J’ai atteint une limite que je ne peux dépasser. Je vous remercie pour votre parfaite collaboration », a écrit Franck Anderson Kouassi à ses confrères de la presse.

Cette fameuse lettre de Gbagbo qui a créé une onde de choc au sein du FPI, Soir Info choisit de s’y intéresser. « Bataille pour le contrôle du FPI : la vraie raison de la lettre de Gbagbo », écrit à sa Une le journal. « La lettre envoyée à Sangaré Abou Dramane avait pour objectif de montrer à ceux qui ont encore des doutes, la volonté réelle du prisonnier de Scheveningen de reprendre les rênes de son parti. Parce qu’avant même la publication de ce premier courrier, bien de personnes, au sein même du FPI avaient commencé à émettre des doutes sur son authenticité », fait savoir le quotidien.

Ce Congrès tant attendu pourrait ne pas se tenir à en croire Notre Voie. ” Plusieurs sources n’excluent plus un report vu le contexte qui entoure l’organisation”.

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment