09242017Headline:

Côte-d’Ivoire“L’Eléphant Déchaîné” dénonce le trafic lucratif de passeports de service au Ministère des Affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères ivoirien, veut découvrir la vérité sur un trafic de passeports de service qui a prospéré durant des années dans ses locaux. Trois individus, dans le cadre de cette affaire, ont été arrêtés, dont la secrétaire particulière de l’ex-ministre Azoumane Moutaye. Mais depuis, l’enquête ouverte pour démanteler le réseau piétine. C’est que le ministère des Affaires étrangères se presse lentement pour aider les enquêteurs.
Une invasion de passeports de service en provenance du ministère des Affaires étrangères de la Côte d’Ivoire a été observée en Europe. Il y a quelques mois, les détenteurs étaient si nombreux que les autorités ivoiriennes ont été interpellées. C’est que le ministère des Affaires étrangères ivoirien, soi-même, avait constaté une intense activité de demande de passeports de service en provenance de certains ministères à Abidjan. Des questions ont été posées, sans plus. Mais une affaire qui rapporte des millions depuis des années à un certain ré- seau impliquant des individus insoupçonnés, ne pouvait s’arrêter sous de simples alertes sans vigueur.

De vrais passeports de service ont été gaiement délivrés à des individus avec de fausses qualités, en passant par le Service Passeport du ministère des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire. Ce lucratif trafic a prospéré au sein de ce ministère depuis de longues années. Et, a permis à des centaines de personnes n’ayant pas les qualités brandies, de voyager en toute quiétude hors de la Côte d’Ivoire, avant de disparaître dans la nature, une fois à destination. Coût des prestations fournies? De cinq cent mille francs au départ, la forte demande a fait exploser le prix. Le vrai passeport de service, avec une fausse qualité, s’échange maintenant dans une fourchette comprise entre 1,5 et 2 millions de FCFA.

Courant octobre 2016, le ministère des Affaires étrangères, alors dirigé par Mabri Toikeusse, sous de nombreuses interpellations de chancelleries étrangères, avait entrepris de jeter un coup d’oeil sur l’affaire et, avait découvert d’étranges demandes de passeports de service provenant d’un ministère, notamment le ministère de l’Entreprenariat national, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, alors dirigé par Azoumane Moutaye. Selon les informations de « L’Eléphant », l’affaire aurait dû faire grand bruit, vu que les éléments en possession du ministère des Affaires étrangères étaient suffisamment graves. Mais, ce lourd dossier aurait été géré « diplomatiquement ». Et le scandale n’a connu aucune suite. Malgré les éléments matériels.

Ainsi, des conducteurs de taxi, des vigiles, des menuisiers., en se faisant passer pour des « consultants », des « Conseillers », auprès de l’ex-ministre Azoumane Moutaye, ont réussi à se faire délivrer des passeports de service. Avant de filer vers l’Europe. Suivant les informations de « L’Eléphant », une ex-collaboratrice d’Azoumane Moutaye, sa secrétaire particulière au moment des faits, Diomandé Djeneba, était la « collecteuse » des demandes de passeports de service avec de fausses qualités, qu’elle transmettait ensuite, au service passeport du ministère des Affaires étrangères, pour « traitement ». Et, le service des passeports, innocemment, instruisait le dossier, validait les fausses qualités sans vérifications, avant de transmettre le dossier à la société chargée de la fabrication des passeports physiques.

Les querelles des champions du réseau

Décembre 2016. En raison d’un retard inhabituel constaté dans la délivrance de plusieurs passeports de service, la responsable de l’agence de voyage « Zara Voyages », Fatoumata Traoré, connue comme « l’attachée de communication » de l’ex-chef d’Etat-major de l’armée ivoirienne, Soumaila Bakayoko, s’impatiente. Elle réclame à l’ex-secrétaire particulière d’Azoumane Moutaye, la restitution de la somme de 8 millions de FCFA. Mais Diomandé Djénéba, redoutable « femme d’Affaires » et « hyper protégée », ne se laisse pas émouvoir pour seulement 8 millions. Elle a d’autres demandes de passeports de service à faire valider. Devant son attitude, Fatoumata Traoré lui sert d’abord, via un huissier de justice, une « sommation à payer ». Avant de porter plainte, carrément. C’est que l’une des personnes qui avait eu recours au canal de Fatoumata Traoré pour obtenir un passeport de service, avait découvert, en signant sa fiche, qu’on lui avait, au ministère des Affaires étrangères, donné une fausse qualité de « Consultant » du ministre Azoumane Moutaye. Il s’en était plaint, mais cela n’avait pas ému le ministère.

Les querelles entre Diomandé Djénéba et Fatoumata Traoré débordent et font briller en pleine lumière, les activités liées aux passeports de service avec de fausses qualités. A force de se bagarrer, elles se retrouvent devant la gendarmerie. Laquelle, informée par le nouveau ministre des Affaires étrangères, Amon Tanoh, décide de démanteler le réseau. Sur la base des informations livrées par Fatoumata Traoré, l’ex-secrétaire particulière est arrêtée. De même que Fatoumata Traoré. Une troisième personne, Kouakou Aya Pauline, qui aurait réussi via le réseau à envoyer deux personnes en Europe, a été également arrêtée. Tout ce beau monde séjourne depuis quelques temps, à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan.

Selon les informations de « L’Eléphant », plusieurs autres personnes, soupçonnées d’être des acteurs du réseau, sont en fuite. Notamment Sylla Matindjé, présumée experte dans la fabrication de faux extraits de naissance et ayant déjà eu maille à partir avec feu l’ambassadeur Béké. Zunon Innocent et Seri Serge, soupçonnés de détenir des informations précieuses sur l’identité de ceux qui, au ministère des Affaires étrangères, se sont enrichis dans ce trafic de passeports de service.

« on veut démanteler le réseau, maIs ne comptez pas sur nous »

Au ministère des Affaires étrangères, une étrange attitude accueille toute question liée au gênant dossier du « trafic de passeports de service ». Tout le monde sait ce qui s’est passé mais une amnésie collective a frappé tous ceux qui savaient. Plus personne ne se souvient de rien. Après le déclenchement de l’affaire, le responsable du service passeport, Oua Armand, a été muté au Cameroun. Les enquêteurs n’ont pas encore eu le plaisir de connaître sa part de vérité. Comme si cela ne suffisait pas, trois mois après le scandale, bien que leur souhait, selon les informations de « L’Eléphant », soit le démantèlement de tout le réseau, les responsables du service passeport du ministère des Affaires étrangères n’ont transmis aucun document pouvant aider les enquêteurs à faire avancer rapidement l’enquête. Ils multiplient les obstacles. Résultat, l’enquête, après l’arrestation de trois personnes, piétine.

Histoire de comprendre cette étrange attitude, « L’Eléphant » a approché à plusieurs reprises le directeur juridique du ministère des Affaires étrangères, le juge Zoro Bi Ballo. Mais, il n’a pas encore eu le temps de s’étaler avec « L’Eléphant », sur la question. En attendant, les dégâts sur l’image de la Côte d’Ivoire à l’étranger sont incommensurables. Et des centaines d’individus dont les copies de demandes physiques de passeport de service avec de fausses qualités sont entre les mains du service passeport du ministère des Affaires étrangères, sont à la fête, en Europe.

Assalé Tiemoko

Source: L’Eléphant Déchaîné N°528

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment