07202017Headline:

découvrez qui sont les 200 plus grandes banques du continent africain

bank

Jeune Afrique publie la 18ème édition de son hors-série annuel “Spécial Finance”.

Malgré la domination des banques sud-africaines sur la scène financière du continent, les concurrentes venues du Caire, de Casa et même de Lomé ou Dakar ont continué en 2015 leur ascension.

Dans le classement exclusif des 200 premières banques africaines, publié dans le hors-série Spécial Finance de Jeune Afrique, le marocain BMCE Bank gagne ainsi trois rangs, passant du 14ème au 11ème rang. Sa filiale pour l’Afrique francophone subsaharienne, Bank of Africa (BOA, dont le siège opérationnel est au Sénégal) gagne une place, passant du 40ème au 39ème rang. Banque Atlantique, basée à Abidjan et contrôlée par le marocain Banque centrale populaire, gagne quant à elle trois places (63ème) quand Oragroup, groupe régional basé à Lomé, grimpe de la 106ème à la 101ème position.

Les banques égyptiennes grandes gagnantes

Mais les grandes gagnantes de notre 18ème édition sont les banques égyptiennes, qui classent 25 banques (pour 16,1% des actifs bancaires cumulés), quasiment toutes en ascension : les deux mastodontes locaux, National Bank of Egypt et Banque Misr, grappillent respectivement un et deux rangs pour se hisser aux 5ème et 7ème rangs africains.


Zone franc
Côté francophone, les deux principales déceptions sont venues d’Afrique centrale : le groupe gabonais BGFIBank a dégringolé de la 47ème à la 56ème position tandis qu’Afriland First Group est sorti de notre palmarès.

Globalement, en 2015, le poids des établissements de l’Afrique australe et de l’océan Indien dans le total d’actifs des 200 a sévèrement reculé : de 46,27 % à 41,56 %. À l’inverse, celui des banques d’Afrique du Nord a bondi de 31,44 % à 35,75 %. L’Afrique de l’Est est passée de 4,35 % à 5,17 %.

Malgré l’ascension de nombreuses banques francophones, le poids des institutions ouest-africaines est resté sensiblement le même, en raison du recul des banques nigérianes (en grande partie en raison de la baisse du naira, la monnaie nigériane, contre le dollar, monnaie de référence de notre palmarès).

Enfin, les banques d’Afrique centrale ont continué l’année dernière à se marginaliser, leur poids cumulé passant de 1,74 % à 1,16 % du total des actifs des 200 premières banques africaines.

Ecobank maintient son leadership

Dans ce même hors-série, Jeune Afrique publie également pour la deuxième année consécutive son baromètre des groupe bancaires opérant en zone CFA. En termes de total d’actifs, Ecobank maintient son leadership dans l’ensemble de la zone ainsi que dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) tandis que BGFIBank reste numéro un dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

Par le nombre d’agences, la donne est toutefois totalement différente : le marocain Attijariwafa Bank se retrouve en effet numéro un dans la zone CFA avec 366 agences, tandis que son compatriote BMCE Bank (avec Bank of Africa) domine la zone Uemoa avec 259 agences recensées par notre partenaire Devlhon Consulting(qui a compilé pour Jeune Afrique le nombre d’agences des grands groupes bancaires). Globalement, et à l’exception notable de la Société générale, ce sont les banques marocaines qui sont à tout point de vue les plus dynamiques dans l’espace CFA.

Jeune Afrique

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment