12062016Headline:

Et pendant ce temps du “OUI”, une nouvelle hausse des tarifs de l’électricité est annoncée

CIE electricite

Pour financer son sénat, sa vice-présidence, ses conseillers culturels, sa chambre des rois et chefs qu’il a intégré dans son projet de nouvelle constitution, Ouattara s’apprête à augmenter à nouveau les tarifs de l’électricité en Côte d’Ivoire, alors que ceux-ci ont déjà subi une hausse de 16% ces derniers mois.

Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, a révélé hier, lors d’une conférence de presse, qu’à partir de 2017, il y aura une nouvelle hausse des tarifs de l’électricité : «Pour le moment, je ne peux pas aller dans le détail parce que le gouvernement ne m’a pas encore donné des précisions dessus. Mais le gouvernement et la banque mondiale sont d’avis qu’à la longue, le secteur doit être viable. Nous continuons les discussions et selon nos indications, il doit avoir un réajustement l’année prochaine. La compagnie ivoirienne d’électricité (Cie) n’est pas encore totalement viable car le tarif du kWh n’est pas suffisant pour soutenir la production.»

Ainsi, pour qu’il puisse remercier ses copains de l’aider à parachever son coup d’Etat constitutionnel en les plaçant dans des institutions budgétivores et inutiles, Alassane Dramane Ouattara est prêt, encore une fois, à appauvrir et à affamer encore plus les populations ivoiriennes.

Sommes-nous obligés de tolérer cela ? La réponse est simple et claire : non. En effet, LIDER a fait connaitre depuis longtemps ses propositions pour sortir les populations de la pauvreté depuis longtemps. En voici un échantillon :

Défiscaliser immédiatement panneaux et équipements solaires ainsi que les groupes électrogènes ; promouvoir le solaire ; auditer le mécanisme de la prime fixe ; supprimer les charges de fonctionnement des entreprise publiques qui se comportent comme des acteurs du privé en termes de salaires, de carrière etc. (Sir et Sibm) ; liquider la Pétroci en la vendant au plus offrant (et non en la cédant progressivement à des parents comme le fait Ouattara), tout en réaffectant ses attributions soit à la Sir, soit au secteur privé ; diversifier les sources énergétiques, sans exclure le charbon.
Mettre fin aux monopoles offerts à certaines entreprises dans les secteurs de l’électricité, des produits pétroliers, de l’eau, de l’audiovisuel, de l’aérien, de la téléphonie internationale etc., qui entraînent la détérioration catastrophique des conditions de vie de la grande majorité des ménages à travers l’augmentation du coût de la vie et l’absence de concurrence.
Dissoudre toutes les institutions existantes inutiles (conseil économique et social, médiateur de la République, grande chancellerie) et réduire le nombre de députés, en le plafonnant à 175 et celui des ministres, en le limitant à 25.
Rendre immédiatement la propriété du sol et du sous-sol de Côte d’Ivoire aux populations, et distribuer les titres fonciers aux propriétaires coutumiers, aux frais de l’Etat.
Instaurer un régime parlementaire, qui ne nécessite qu’une seule élection au mode de scrutin majoritaire à un tour, les législatives, pour désigner à la fois les députés et le président de la République – ce qui a l’avantage de réduire la dépense publique, tout en limitant les pouvoirs de l’Etat et en renforçant le contrôle sur l’exécutif, contraint de rendre compte devant le parlement.
Les événements de ces derniers mois le montrent : le ras-le-bol est en train de prendre le dessus sur la peur qui paralysait beaucoup d’entre nous et que le régime a entretenu dans la violence, la répression et l’outrance. N’attendons pas que la nouvelle hausse des tarifs d’électricité annoncée hier devienne une réalité en janvier 2017 pour dire stop à Ouattara !

Si certains veulent aller s’agenouiller devant lui, grand bien leur en fasse. Mais que tous ceux et toutes celles qui en ont marre de cette escroquerie permanente, de ce vol généralisé, de cette spoliation écœurante, que tous ceux et toutes celles qui aspirent à sortir de la pauvreté, à s’exprimer librement, et à vivre convenablement et en paix se lèvent, comme les manifestants d’hier, comme Mamadou Koulibaly, les Liders et les populations qui sont descendus à l’Indénié ou à Adjamé, et refusent la monarchie dictatoriale que Ouattara veut installer sur nous en Côte d’Ivoire, en exigeant qu’il retire purement et simplement son projet de nouvelle constitution, conçu et adopté dans l’illégalité la plus totale. Puis, dans la foulée, qu’ils sanctionnent tous les députés qui ont collaboré à soutenir ce coup d’Etat constitutionnel, en élisant des candidats LIDER à l’Assemblée nationale, qui sauront avec bravoure, rigueur et méthode, contrôler le gouvernement et défendre les intérêts des populations dans l’hémicycle.

Osons!

lider

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment