12052016Headline:

Exclusif/Côte d’Ivoire:Voici le top 10 des ministres piliers du régime Ouattara et leurs roles

Les exploits sociaux économiques réalisés depuis la fin de la crise en Côte d’Ivoire et fort appréciés par la communauté internationale et les bailleurs de fonds, restent une satisfaction pour le président Ouattara qui n’a pas manqué de faire quelques révélations sur ce succès à quelque mois d’un scrutin présidentiel qu’il est sûr de remporter haut la main. Selon une note confidentielle du président Ivoirien à Christine Lagarde, actuelle directrice du fonds monétaire international, Il fait une sorte de bilan sur sa gouvernance et ne manque pas de faire quelques commentaires sur ses collaborateurs qui ressemblent fort bien à une sorte de classement du personnel dirigeant.

Le pouvoir d’Abidjan a reçu en début d’année comme un satisfecit le dernier rapport de la Banque mondiale pour ses efforts consentis en faveur de la croissance économique et à la stabilité qui prévaut en ce moment dans le pays. Ce rapport n’a pas laissé indifférent le président Ivoirien qui a pris la peine de le signifier à Lagarde.

Si l’on en croit une source très introduite à la Présidence Ivoirienne, Ouattara a laissé sur son bloc-notes le jour de la conversation avec la responsable du FMI quelques noms suivis de certains adjectifs ou bout de mots sur son brouillon qui laisse croire qu’il a certainement jugé ses collaborateurs. Nous ressortons dans ce dossier les actions des départements qu’occupent ces personnalités qui ont pu bien justifier «les notes» du président Ivoirien.

Daniel Kablan Duncan

Daniel Kablan Duncan

Si le brouillon du président Ouattara le met en tête et ne mentionne rien pour qualifier son Premier ministre, c’est à cause du travail abattu depuis sa prise de fonction le 21 novembre 2012. La performance macroéconomique du pays est très significative et reste stable sur les deux années précédentes. Avec un taux de croissance de 9.8% et 2.5% de taux d’inflation en 2014, le pays a pu rétablir son statut de 2e économie de l’Afrique de l’Ouest après le géant Nigérian. La normalisation de la situation sociopolitique et sécuritaire s’est aussi traduite par une nette amélioration de l’environnement des affaires, plaçant la Côte d’Ivoire parmi les 10 pays les plus réformateurs dans ce domaine en 2014 et en 2015, selon le classement Doing Business de la Banque mondiale. Le Plan National de développement (PND) 2012-2015 a pour ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020.

Patrick Achi, et les grands chantiers

Patrick Achi

Le Président avait lui-même révélé lors de l’inauguration du 3e pont, le stress qu’il faisait subir à Patrick Achi, le ministre des Infrastructures. L’ancien consultant en énergie électrique fait l’unanimité au tour de son département ministériel. Il est parvenu à boucler le projet majeur de la construction du troisième pont d’Abidjan qui fait la fierté du Président Ouattara. Il pilote les plus gros chantiers du pays  notamment la réhabilitation des routes, l’adduction en eau potable des localités du pays.  Il a la maîtrise des ouvrages et sait faire respecter les délais par les entreprises exécutantes. Très adulé par le président de la République avec qui il est constamment en communication, Patrick Achi rêve de construire le premier tramway Ivoirien en attendant l’ouverture du barrage de Soubré.

Hamed Bakayoko, top sécurité

Hamed Bakayoko

Tout le monde sait l’attachement du Président Ouattara au ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko qui reste l’un de ses plus fidèles filleuls. Certes il fait partie du carré intime du couple Ouattara, mais il a su relever le défi sécuritaire sur l’ensemble du territoire. Avec le CCDO et les nouvelles unités de police, il a su faire renaître la confiance entre la police et les populations. Le président a marqué sur son brouillon pour le désigner “H B“ suivit de “top sécu“, On pourrait décrypter, Hamed Bakayoko top sécurité. Il fait partie du maillon dur du régime et est très écouté par le chef de l’État. Il est à mettre à son actif la levée de tous les barrages de contrôle fictifs que comptaient le pays et la baisse du taux de banditisme sur l’ensemble du pays. Si la dernière vague d’enlèvement d’enfants a plutôt fait grincer des dents, il a su très tôt mettre de l’ordre pour rassurer tout le monde. Il a aussi volé la vedette au ministre de la Défense lors du dernier soulèvement des militaires à la fin de l’année 2014.

Téné Birahima Ouattara: Œil de lynx

Téné Birahima Ouattara

Sur le brouillon du Président, il est marqué “lynx“ Birama Ouattara alias “photocopie”. Frère du Président, il est considéré comme le gardien du temple et règne en maître absolu sur la présidence voire au-delà. Avec le titre de ministre des Affaires présidentielles, il gère la direction des affaires administratives et financières. À ce poste, il gère aussi bien le budget du palais que les fonds souverains, l’agenda, les déplacements et les prises de rendez-vous médicaux du chef de l’État. Le président lui laisse le soin de certains dossiers sensibles relevant de la sécurité d’où sa place dans le Conseil national de sécurité (CNS). Le président lui a même attribué un statut particulier lors du dernier réaménagement de la présidence avec l’arrivée de Philippe Serey-Eiffel et de Thierry Tanoh au poste de secrétaires généraux adjoints.

Coulibaly Sangafowa: atteindre l’autosuffisance alimentaire

Sangafowa Coulibaly

Pas trop bruyant Coulibaly Sangafowa ministre de l’Agriculture depuis 2010 fait partie des préférés du président Ouattara avec qui, il entretient de très bonnes relations. Avec une bonne assise au sein de son parti le RDR où il a toujours été considéré comme le « futur ministre de l’agriculture », il maîtrise bien le sillage agricole avec lequel il flirte depuis de longues années. Il a su assainir la filière café-cacao et rétablir la confiance derrière tous les bruits et détournements qui ont émaillé cette filière.

Si l’opération «Louis Dreyfus» qui consistait à l’exploitation de plusieurs milliers d’hectares dans le nord du pays pour la culture du riz connaît des complications dans sa phase démarrage, l’ensemble des actions de son ministère restent positives. Les filières anacardes, coton et hévéa connaissent elles une très bonne stabilité après des restructurations opérées dans ces secteurs. La remise sur pied du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan, interrompu depuis plus d’une dizaine d’années vient comme pour démontrer la vitalité de ce ministère qui prend le pari de réaliser l’autosuffisance en riz du pays.

Sanogo Mamadou: ici repose la politique du logement

Sanogo Mamadou

La politique du logement du gouvernement repose sur Sanogo Mamadou un proche du Président qui reste un militant de longue date. Il assume bien son rôle. Pour preuve, l’immobilier connaît un boom dans le pays au point d’accuser une pénurie du ciment sur le marché local. Le guichet unique de l’immobilier ou le permis de construire sont des innovations de taille de ce ministère qui facilitent les opérations de construction. Alors les promoteurs immobiliers se bousculent depuis pour sortir des quartiers entiers de terre. La cité ADO, le nouveau quartier sur la route de Bassam juste derrière l’aéroport ou le nouveau quartier Bata à la croisée de Bingerville sont autant de réalisations qui ont transformé la capitale Abidjanaise.

Jean-Louis Billon, un peu rebelle, mais ça va

Jean-Louis Billon

Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, il a été nommé le 22 novembre 2012. Ce grand patron Ivoirien est connu pour ses prises de position controversées sur l’environnement économique et sociopolitique en Côte d’Ivoire. Il fait partie des rares ministres à critiquer, souvent sur la place publique, la politique du gouvernement surtout les faveurs du régime faites au groupe Bouygues. Selon toujours notre source, le président Ouattara à noté pour lui «rebelle» mais il l’apprécie bien pour sa sincérité et son esprit de bosseur.

Le ministre Billon à travers son département a su remotiver les entrepreneurs locaux surtout la communauté des PME et a encouragé les artisans à être en règles. Il a su peser de tout son poids pour avoir des allègements dans les démarches administratives pour les échanges en import – export. Le ministre Jean-Louis Billon garde en secret une collaboration avec le Président Ouattara qui l’utilise discrètement pour négocier avec opérateurs et investisseurs.

Koné Nagbané Bruno: France Télécoms

Koné Nagbané Bruno

Dans les milieux d’affaires, on dit qu’il est le meilleur profil pour la défense des intérêts de France Télécoms. Ancien Directeur de Côte d’Ivoire Télécoms, filiale du groupe France Télécoms puis directeur des affaires réglementaires, zone AMEA (Afrique, Moyen-Orient & Asie) France Télécoms, Secteur Télécommunications, Bruno Nagbane Koné, porte-parole du gouvernement imposé par ses mentors est le monsieur télécoms du régime. Plus en vue dans le rôle de communicant de la République que Ministre de la Poste et des TICS, il s’est taillé le statut de mascotte du gouvernement. Son récent “mariage arrangé” avec la nièce du Président conforte sa position de privilégier du palais et il en profite bien malgré les résultats mitigés de son département. Beaucoup d’observateurs du milieu des TICs ne comprennent pas la communication faite par le gouvernement sur instruction du ministre Bruno Koné pour la fusion de 3 opérateurs mobiles locaux. En lieu et place du retrait de leur licence pur et simple pour non-respect de leur cahier des charges, c’est plutôt une mauvaise publicité qui leur est faite, discréditant ces opérateurs auprès des banques et bailleurs de fonds et aussi faisant fuir par la même occasion les clients de ces entreprises de téléphonie.

Charles Koffi Diby: confiance extérieure

Charles Koffi Diby

Il fut ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’économie et des Finances, dans le gouvernement Banny de 2005 à 2007, puis ministre de plein exercice dans les gouvernements successifs dirigé par Soro, il est reconduit le 13 mars 2012 comme ministre de l’Économie et des Finances dans le gouvernement Kouadio-Ahoussou. C’est avec brio qu’il gère ce portefeuille pendant toutes ces années qui ont coïncidé avec la crise politico-militaire qu’a connue le pays.

Le 21 mars 2012 il est nommé ministre des Affaires étrangères avec pour mission de relancer la diplomatie Ivoirienne qui avait perdu beaucoup de plumes pendant ces dernières années. Beaucoup de bruits avaient certes couru sur sa mutation à ce ministère à cette époque. Mais comme affirme une source diplomatique française, le Président Ouattara allait lui-même être aux avant-postes pour redorer l’image du pays, mais devait compter sur quelqu’un qui inspirait confiance. Bédié lui suggéra Charles Diby dont il est très proche et depuis il a conquis la confiance du chef. Avec sa personnalité très froide, il a su mener et préparer toutes les missions de séduction à l’extérieur qui ont permis à la Côte d’Ivoire d’être à nouveau fréquentable et de connaître un rayonnement au niveau international. Le retour de la BAD à son siège statutaire a effectivement participé à la promotion de l’image du pays à l’extérieur.

Gnamien Konan, dynamique

Gnamien Konan

Il était inscrit devant le nom de l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur sur le brouillon du président Ouattara «Dynamique». Les prouesses de Gnamien Konan à la douane et au ministère de la Fonction publique lui ont valu de se faire remarquer par l’opinion publique ivoirienne. Une source très introduite à la présidence révèle que le président de la République a dû le nommer en pompier au poste de l’enseignement supérieur face à la débâcle de son ami Bacongo à ce poste. Comptant sur la perspicacité de Gnamien pour la réforme du système de l’enseignement supérieur qu’il veut voir muer en système LMD (Licence Master Doctorat), le Président l’estime bien, selon notre source. Même si pour l’instant il rencontre d’énormes difficultés pour faire accepter la nouvelle trouvaille LMD, il a su proposer un plan directeur pour rénover le système, sauf que les moyens tardent à suivre pour son exécution.

La mention spéciale…

À la fin de ce dossier, trois ministres qui ne figurent pas sur la liste du président reçoivent une mention spéciale. Il s’agit en l’occurrence des ministres Raymonde Goudou de la Santé qui a su tenir tête au virus Ebola à travers un plan de prévention qui jusque-là a épargné le pays, de Kandia Camara de l’Éducation nationale et celui du Sport. L’école Ivoirienne sous Kandia connaît une certaine accalmie depuis la fin de la crise et la tricherie aux examens a considérablement baissé depuis ces deux dernières années.

Le ministre Alain Lobognon, de la Jeunesse et des Sports en désaccord avec la plupart des responsables du sport à qui il demande des résultats pour se voir financer, a le mérite d’être le ministre sous qui le pays a remporté sa deuxième Coupe d’Afrique des nations.

Fulbert Koffi
© OEIL D’AFRIQUE

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment