06212024Headline:

Filière cacao: Des coopératives suspendues, le conseil du café-cacao donne les vraies raisons

S’agissant de la filière café-cacao, filière sensible dont les enjeux sont colossaux pour la Côte d’Ivoire, premier producteur et exportateur mondial de fèves de cacao et de produits semi-finis, pas un jour ne passe sans rumeurs (vraies ou fausses), analyses plus ou moins sérieuses, sorties médiatiques faisant preuve de bonne ou de mauvaise foi. Bref, souvent, il est difficile pour les non-avertis d’y voir ou comprendre quelque chose dans cette affaire-là.

L’actualité concerne des « coopératives liées à des acteurs libanais » qui auraient été suspendues par le régulateur de la filière, le Conseil du Café-Cacao, soit disant parce qu’elles (coopératives) acquerraient des fèves de cacao en les achetant au-delà du prix réglementé. Qu’est-ce que cela veut dire ?

D’abord, rappelons que, pour chaque campagne, c’est l’État de Côte d’Ivoire qui fixe le prix bord champ garanti au producteur. En effet, la Côte d’Ivoire, après avoir expérimenté divers systèmes de vente de son café et de son cacao – dont le système libéral qui rendait les planteurs ivoiriens vulnérables puisque leur survie dépendait des multinationales qui achetaient leur production selon le prix qu’elles voulaient bien fixer, contrôlant ainsi la filière –, est revenu à un système de commercialisation stabilisé qui garantit un prix au producteur.

Cela répond à une volonté de l’État de protéger le million de petits producteurs ivoiriens des fluctuations du marché. Un marché international sur lequel le prix ne cesse de monter et de descendre. Ainsi, selon les années, si les cours du cacao sont bas, les producteurs ivoiriens, grâce au prix garanti, toucheront une meilleure rémunération ; si les cours sont hauts, comme c’est le cas en cette année 2024, alors cela bénéficiera aussi aux planteurs au cours de la prochaine saison, puisque les ventes de cacao sont anticipées : le cacao récolté en 2024 a été vendu par anticipation en 2023 ; tandis que le cacao qui sera produit en 2025 est déjà mis sur le marché actuellement.

Ces dernières années, l’État ivoirien aura fait des efforts notables pour maintenir au même niveau les prix des deux campagnes.
Pour cette saison 2023-2024, pour la grande campagne (du 1er octobre 2023 au 31 mars 2024), le prix fixé par l’État était de 1000 F CFA le kilo de cacao et, pour la petite campagne (du 1er avril au 30 septembre 2024), le prix fixé est de 1500 F CFA le kilo : une première qui s’explique au regard de la hausse conjoncturelle du prix du cacao sur les marchés en début d’année ! En effet, la petite campagne produit généralement des fèves de petite taille dont le prix, par conséquent, est plus bas que pour la grande campagne. Or, ces dernières années, l’État ivoirien aura fait des efforts notables pour maintenir au même niveau les prix des deux campagnes. Et même plus, puisque, pour la première fois donc, en 2024, le prix fixé pour la petite campagne dépasse celui de la grande.

Et voilà que, faisant fi de la réglementation en vigueur pour cette petite campagne, certaines sociétés coopératives et certains opérateurs ne joueraient pas le jeu, attirant sur eux l’attention du gendarme de la filière qui leur aurait retiré leurs codes de vente et d’achat. Mais pourquoi ces coopératives ne pourraient-elles pas vendre leur cacao au-dessus du prix fixé aux opérateurs ? Car, après tout, qui ne voudrait pas vendre le fruit de son travail au prix le plus élevé possible ?

Contactées sur la question, les Directions de la Communication et de la Commercialisation Intérieure du Conseil du Café-Cacao nous expliquent ce qu’il en est :

‘’Le Conseil du Café-Cacao organe de régulation de la filière réalise de façon périodique des opérations de contrôle auprès des opérateurs agréés de la filière café-cacao afin de s’assurer du respect des textes règlementaires qui encadrent la campagne de commercialisation du café et du cacao.

What Next?

Recent Articles