07282017Headline:

Jean Kacou Diagou- “l’ivoirien qui vaut des millions de dollars”/Son parcours

jean kakou diagou

Pour certains rêver c’est ce a quoi ils pensent lorsqu’ils dorment, tandis que pour d’autres rêver c’est ce qui les empêche de dormir.
En effet, le petit Jean Kacou né à Blockhauss (Abidjan, Cote d’Ivoire), n’a jamais cessé de rêver. Pendant que les autres vivaient dans une Afrique colonisée sans lendemain, il vivait dans un monde a lui-même. Une Afrique ou les obstacles pouvaient devenir opportunités. Une Afrique ou les rêves devenaient réalités. Armé de savoir, d’espoir et de persévérance, il s’est lancé dans la ” PURSUIT OF HAPPINESS” (la poursuite du bonheur) non pas pour devenir millionnaire, mais juste pour réaliser son rêve. La première étape était évidemment d’acquérir le savoir. Apres des études secondaires au petit séminaire de Bingerville et moyen séminaire de Yopougon, il obtiendra un BAC en philosophie. Puis, il décrochera une licence en sciences économiques à l’Université d’Abidjan. Il ira plus loin et décrochera un diplôme des assurances à l’ENASS de Paris. D’agence en agence, de job en job, le rêve du petit Kacou, devenu le jeune Jean Kacou, tarde à se réaliser. Peut-être qu’en fin de compte un rêve n’est qu’un rêve. Doit-il s’accrocher à son rêve?

Janvier 1995, le rêve devient réalité. En effet, le jeune Jean Kacou devient Président Diagou lorsqu’il crée la société NSIA (nouvelle société interafricaine d’assurance) à capitaux Africains. Son obsession pour le professionnalisme lui a permis de s’entourer de professionnels ce qui lui a valu un chiffre d’affaire de 900.000.000 FCFA dans la même année. Beaucoup d’entre nous se seraient arrêté la; cependant, le rêve de Mr Jean Kacou Diagou n’était pas de devenir millionnaire. En effet il disait dans une interview accordée à magazine d’Afrique ” J’ai toujours eu envie de faire avancer les choses au plan national et international pour le secteur privé. Ce rôle, je continuerai de le jouer ”. Ceci est la raison pour laquelle il est aujourd’hui à la tête de la CGECI (confédération générale des entreprises en Côte d’Ivoire). Pour lui, ” le temps de la Côte d’Ivoire est venu” ; ” demain, il sera trop tard ”. L’une de ses ambitions à la tête de la CGECI, est d’amener le patronat à sensibiliser des femmes et des jeunes afin de les motiver à la création de richesses et d’emplois. Il compte rester indépendant en apportant sa contribution à l’amélioration du climat des affaires. Pour lui, nous aussi pouvons être des champions nationaux et régionaux. En 2013, il a lancé CGECI ACADEMY, une plateforme de l’entrepreneuriat qui a suscité un grand engouement auprès des jeunes ivoiriens.

En 1995, NSIA banque assurance: C’était une simple entreprise créée par un ivoirien. 20 ans après, c’est plus de 20 bureaux dans 12 pays Africains tels que la Cote d’Ivoire, le Gabon, le Sénégal, le Bénin, le Congo, le Togo, le Cameroun, la Guinée Bissau, etc… NSIA c’est aussi la BIAO Cote d’Ivoire.
En 1995, Jean Kacou Diagou: c’était un ivoirien qui avait un rêve. 20 ans après, c’est un officier de l’ordre national de Côte d’Ivoire, Officier de l’ordre équatorial du GABON et Commandeur de l’ordre du mérite ivoirien, Prix d’Honneur
2008 de la DGI, Commandeur dans l’Ordre National de Côte d’Ivoire, PCA de NSIA GROUP, Président de la CGECI. Il est même auteur-compositeur de quelques chants religieux

Pour certains, rêver c’est ce à quoi ils pensent lorsqu’ils dorment, tandis pour Jean Kacou Diagou, rêver c’est avoir un objectif et se donner tous les moyens pour le réaliser.

“Notre plus grand défaut, c’est le manque de patience de l’Africain qui privilégie trop le court terme. Il faut avoir une vision à long terme.”
Jean Kacou Diagou

.civbusinesstimes.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment