10312020Headline:

La Bad de retour à Abidjan, onze ans après Tunis

Retour de la Bad: à nouveau à Abidjan, onze ans après Tunis
L’actualité économique nationale a été marquée, durant l’année écoulée, par la réinstallation, à son siège, de la plus importante institution panafricaine de financement du développement.

La Banque africaine de développement (Bad), est revenue officiellement en Côte d’Ivoire le 8 septembre 2014, après onze ans de délocalisation temporaire à Tunis (Tunisie, 2003), à cause de la crise militaro-politique. L’événement marquant ce retour a été symbolisé par « la levée des drapeaux » de la banque et du pays hôte (et des autres Etats), à l’esplanade du Centre de commerce international d’Abidjan (Ccia), au Plateau. Sous les regards du Premier ministre, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan et du président du Groupe, Donald Kaberuka, de nombreux, des invités du personnel et du estimés à un millier.

Le Ccia rénové demeure le siège provisoire de la plus grande institution de financement du développement sur le continent africain pendant un an, en attendant d’intégrer le siège naturel en réhabilitation, à la rue des Banque.

La cérémonie de levée des drapeaux a fait place à la tenue du premier conseil d’administration au rez-de-chaussée de l’immeuble toujours en présence du chef du gouvernement. Et depuis cette date, le conseil tient ses réunions hebdomadaires sanctionnées par des décisions d’octroi de prêts et aides dans divers secteurs d’activités : appuis budgétaires, santé, infrastructures, finance et industrie, agriculture, Pme, énergie, transports. La première décision du conseil, annoncée lors de la première conférence de presse de Kaberuka, le 19 août (soit une semaine après son arrivée avec l’ensemble du conseil), et confirmée le 8 septembre, a d’ailleurs porté sur un don de 60 millions de dollars (30 milliards de Fcfa). Pour lutter contre l’épidémie d’Ebola dans les trois pays les plus touchés (Guinée, Liberia, Sierra-Leone). Le don fera l’objet de signature d’une convention avec le directeur régional Afrique de l’Oms, le 25 août, suivie de la visite de Kaberuka dans les deux derniers pays. En six mois, la maladie avait déjà fait plus de deux mille morts.
Reçu au palais présidentiel, au Plateau, le 4 septembre, par le Président Alassane Ouattara, le président du conseil, Donald Kaberuka, avait qualifié d’« accident de parcours » ce départ du siège naturel.

En 2014, le portefeuille actif de la Bad en Côte d’Ivoire comprend 13 projets pour 197 milliards de Fcfa, a déclaré Kablan Duncan, lors de la cérémonie officielle. 103 milliards pour les projets publics en matière de renforcement des capacités, l’assainissement du bassin du Gourou et l’appui aux infrastructures agricoles ; 94 milliards pour la réalisation d’infrastructures structurantes telles que le pont Henri Konan Bédié.

La Bad qui compte 78 pays membres, soit 53 africains et 35 non africains, revient dans un contexte favorable. Marqué, comme l’a présenté le Premier ministre, par le retour de la paix, de la stabilité politique, de la sécurité et par un taux de croissance économique élevé de l’ordre de 9,8% et 9,1 respectivement en 2012 et 2013 et escompte les deux chiffres en 2014- 2015 dans la perspective de « l’émergence à l’horizon 2020 », selon l’ambition du Chef de l’Etat.

L’Assemblée générale de mai 2015 sera marquée par l’élection d’un nouveau président. Le Rwandais Donald Kaberuka demeurera à son poste jusqu’au 1er septembre, date à laquelle son successeur prendra fonction. Début 2015, environ 500 agents viendront renforcer le millier d’agents déjà en fonction à Abidjan. Leur présence a un impact réel sur l’économie nationale en termes de création d’emplois, de dynamisation de l’activité touristique, et de consommation. 500 autres agents resteront au bureau régional, à Tunis.
C’est lors des 48e Assemblées annuelles de la Bad, du 27 au 31 mai 2013, à Marrakech (Maroc) que les Conseils des gouverneurs (Bad et Fad) ont décidé définitivement du retour de l’institution de développement en Côte d’Ivoire, entérinant ainsi la feuille de route élaborée à Arusha (Tanzanie, 28 mai-1er juin 2012).

PAULIN N. ZOBO

Fraternité Matin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles