05242022Headline:

La Côte d’Ivoire est la première puissance économique de l’UEMOA

La Côte d’Ivoire fait figure de puissance économique sous régionale, contribuant à plus du tiers du PIB de l’UEMOA et plus de 40% des exportations de la zone.
Le pays semble progressivement passer d’un régime de croissance tiré par les exportations et l’investissement public à un régime majoritairement tiré par les investissements privés en capital et la hausse de la productivité. Par ailleurs, la période de faibles investissements publics des années 2000 a laissé place à un déficit en infrastructures que la Côte d’Ivoire continue de combler, à travers la politique de grands travaux initiée par les autorités depuis 2011. Ainsi, le pays disposerait d’environ 50% du réseau routier de l’UEMOA.
Le pays maintient son rang de 1er producteur mondial de cacao (plus de 40% de part de marché) et est même devenu en l’espace de quelques années le 1er producteur mondial d’anacarde (autour de 20% de la production mondiale).
Le secteur primaire, principalement axé sur l’agriculture, représente 22% du PIB ; le secteur secondaire, qui compte pour environ 23% du PIB, concerne principalement le raffinage de pétrole, l’énergie, l’agro-alimentaire et le BTP ; enfin, le secteur tertiaire, prépondérant à environ 55% du PIB, est dominé par les télécommunications, les transports (portuaire et aérien), le commerce et les activités financières.
La performance et la résilience de l’économie ivoirienne reposent également sur la stabilité monétaire que lui confère son appartenance à l’UEMOA et qui se traduit notamment par une inflation faible (en dessous de 3%).
Néanmoins, les bonnes performances économiques n’éludent pas le fait que le pays reste marqué par la persistance de disparités socio-économiques et géographiques majeures.
Avec une espérance de vie à la naissance dépassant à peine 57 ans (4 ans de moins que la moyenne subsaharienne), le pays se classe 162ème sur 189 pays au classement IDH 2020 du PNUD. L’incidence de la pauvreté, en considérant le seuil national (947 FCFA / jour ; 1,4 EUR/jour), est estimé à 39,4% en 2018. Des disparités géographiques majeures persistent entre Abidjan, la capitale économique et financière du pays, et le reste du territoire : 80% de l’activité économique du pays relèverait de la seule ville d’Abidjan qui abrite pourtant un peu moins du quart de la population du pays.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles