11202018Headline:

La Côte d’Ivoire veut accroître sa production avicole de près de 20 000 tonnes, a annoncé le Ministre des Ressources animales et halieutiques, Adjoumani.

La Côte d’Ivoire veut accroître sa production avicole de près de 20 000 tonnes, a annoncé le Ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, lors de l’ouverture de la 7e édition des Journées Nationales de l’Aviculture Ivoirienne, dénommée «JNA 2018», le mercredi 24 Octobre 2018 à Abidjan.

Placée sous le thème «Amélioration de la productivité: source de compétitivité de la filière avicole», l’édition 2018 des Journées Nationales de l’Aviculture Ivoirienne, intervient moins de trois semaines après la 2e édition du Forum sur les Investissements en Aviculture (Forum Avi-Invest) organisé du 2 au 4 octobre 2018 sous le thème «Compétitivité du secteur avicole ivoirien et émergence à l’horizon 2020». La filière avicole, à en croire le Ministre Adjoumani Kobenan Kouassi, met à la disposition de la population près de 50 000 tonnes de viande de volaille et un peu plus de 1,6 milliards d’unité d’œufs de consommation; ce qui correspond à une offre d’environ 2 kg de viande et 67 œufs de consommation par habitant.

Des résultats encourageants certes, mais qu’il faut relativiser dans la mesure où nous sommes à la moitié de la moyenne africaine qui se situe à environ 4 kg par habitant, loin derrière l’Afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie, le Nigeria. Comme solution, le gouvernement envisage la mise en place sous peu du Projet d’insertion de 3300 jeunes en aviculture dénommé «Projet P3300 Emplois Jeunes» et du Projet processus d’installation des Abattoirs Industriels de Volaille en Côte d’Ivoire (PAV-CI) d’un coût global d’environ 24milliards francs CFA.

«Avec ces deux projets, la filière enregistrera une augmentation de la production de près de 20 000 tonnes, une nette amélioration de sa compétitivité à travers la transformation de plus de 55 millions de volailles en abattoir ainsi que celle de la rentabilité et donc de l’amélioration des revenus des aviculteurs à travers une meilleure organisation de la commercialisation de leur produits», a esperé Adjoumani Kobenan Kouassi. Auparavant, Sylvain Gotta, Président de l’Interprofession Avicole Ivoirienne (IPRAVI), a évoqué quelques difficultés rencontrées relatives à l’invasion du marché ivoirien de viande congelée importée hors CEDEAO et au financement des acteurs de la filière. Des préoccupations dont le Ministre des Ressources animales et halieutiques, a dit avoir pris bonne note mais les a encouragés à être eux-mêmes les principaux protecteurs de leurs productions avicoles.

David YALA

 

secrum

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment