12152017Headline:

Le racket sévit dans tous les secteurs de la société ivoirienne (Autorités)

Le maire de Séguéla, Diomandé Lassina, l’assistant du directeur général de la Décentralisation et du développement local (DGDDL), Yapo Jean-Jacques, et l’inspecteur général de la police nationale, Joseph Djah Blé, ont souligné, à la salle de conférence de la préfecture de région du Worodougou (Séguéla), que le racket est une tare qui sévit dans tous les secteurs de la société ivoirienne.

« On retrouve cette pratique néfaste de l’enrichissement illicite dans tous les compartiments de la vie sociale, dans le commerce, sur nos routes, dans nos bureaux, à l’école », a déclaré le maire Diomandé Lassina dans son allocution, lors de l’installation du comité communal de lutte contre le racket (CCLR) de Séguéla, vendredi.

« Le racket, ce n’est pas seulement chez les forces de l’ordre. Il se pratique partout », a renchéri l’assistant du DGDDL, qui a profité de l’occasion pour préciser que la qualité de membre du CCLR ne donne pas droit à rémunération.

Selon l’inspecteur général Joseph Dja Blé, « il n’y a pas que les policiers qui rackettent. C’est dans tous les corps de métier. C’est une affaire de tout le monde », a affirmé le représentant du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité à cette cérémonie qui a clos l’installation de 13ème CCLR de l’année 2017.

Pour lui, les premières victimes sont les populations rurales. « Il faut arrêter ça » pour qu’advienne l’Ivoirien nouveau tant prôné par tous, a-t-il ajouté.

L’extorsion de fonds fait perdre, selon les rapports de plusieurs ONG, plus de 400 milliards de francs CFA par an à la Côte d’Ivoire.

Kkp/kp/AIP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment