11182018Headline:

Les 480 agents de Côte d’Ivoire Logistique (Ci-Logistique) sont sur le pied de guerre, depuis quelques jours.

Les 480 agents de Côte d’Ivoire Logistique (Ci-Logistique) sont sur le pied de guerre, depuis quelques jours. Ils comptent l’exprimer publiquement dès la semaine prochaine. C’est ce qui ressort de plusieurs rencontres infructueuses avec la direction générale, mais surtout de la longue attente de paiement d’arriérés de salaire et de gratification de 2016 et 2017.

Des membres du syndicat libre des agents de Côte d’Ivoire Logistique (Synacil), très remontés contre leur direction générale, se sont ouverts à nous, le lundi 29 octobre 2018, sur la plateforme du Guichet unique automobile (Gua) de Vridi. « Du 1er au 16 octobre 2018, nous n’avons fait sortir du port, que 185 véhicules, alors qu’en temps normal, c’est le travail d’une demi-journée. Toutes les activités sont plombées, certes par le décret d’interdiction d’importer les véhicules de plus de 5 ans, mais notre entreprise fait face à un mauvais management et un harcèlement des employés. Cette situation fait qu’il y a près de six mille (6000) voitures qui sont en attente sur nos parkings », a expliqué celui qui s’est présenté à nous comme Kouassi Axel, l’un des responsables syndicaux.

Celui-ci, en compagnie de plusieurs de ses camarades a révélé les conséquences néfastes de la « gestion approximative » des activités de Côte d’Ivoire Logistique. Il s’agit de la fin d’exercice d’une trentaine de contractuels et de tous les stagiaires ; de la mise en congé technique, pour deux mois, de 150 agents dont 80 chauffeurs, depuis le 15 octobre 2018, et de la mutation ‘’abusive’’ de plusieurs syndicalistes.

La tentative de conciliation entre la direction de Côte d’Ivoire Logistique et les agents, à trois reprises, à l’Inspection de travail de Vridi zone industrielle, s’est soldée par un demi-échec, avec un accord de principe qui dit qu’à compter du 8 du mois, l’employé qui n’a pas reçu son salaire est considéré comme licencié, selon des sources proches de ladite direction de l’inspection. Ces mêmes sources ajoutent que le jeudi 25 octobre 2018, les deux parties se sont retrouvées sur place, pour signer des procès-verbaux de reconnaissance de payement des gratifications de 2016 et de 2017.

« La politique du nouveau Dga (directeur général adjoint de Côte d’Ivoire Logistique) alourdit le processus de traitement. Cela donne libre cours au racket et à la corruption, sans oublier le service Vip qui est, en réalité, une façon d’amener l’usager à payer pour voir son véhicule sortir vite », a détaillé M. Koumassi, avant de dénoncer des règlements de compte et des changements inappropriés de postes. « Nous ne pouvons plus contenir la colère des agents qui ont décidé de débrayer. Nous allons faire grève et attirer l’attention des autorités ivoiriennes à qui nous demandons de jeter un coup d’œil ici, car il y a un désordre orchestré par notre Dg », a martelé M. Kouassi qui était soutenu par des centaines d’employés de Côte d’Ivoire Logistiques.

Joint par téléphone à plusieurs reprises, le mardi 30 octobre 2018 dès 13h9mn, pour avoir sa version des faits, Kabran Eboué, le directeur général adjoint de Côte d’Ivoire Logistique sans plus, a laissé entendre : « Je suis en réunion, je vous rappelle ».

M’BRA Konan

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment