05262017Headline:

Microfinance-Cote d’Ivoire : Advans prévoit une hausse de 50 % de ses prêts en Côte d’Ivoire

cfa l'argent

La société luxembourgeoise de microfinance, dont sept de ses neuf filiales ont été ouvertes en Afrique depuis 2007, veut porter ses prêts à 16,5 milliards de F CFA (25,1 millions d’euros) au terme de son exercice 2016. Ils s’établissaient à 16,2 millions d’euros fin 2015. Si l’objectif est atteint, cela représenterait une augmentation de +52 %, a annoncé la société mardi à Abidjan.

Implantée depuis 2012 en Côte d’Ivoire, la société luxembourgeoise de microfinance Advans, qui cumulait 77 millions d’euros de prêts dans ses sept filiales africaines à la fin de l’exercice 2015 (une progression de 50 millions d’euros depuis 2012), entend grandir la voilure en Côte d’Ivoire.

Les prêts pourraient y atteindre 16,5 milliards F CFA (25,1 millions d’euros) au terme de l’exercice 2016, contre 16,2 millions d’euros via 6 700 prêts à la fin 2015 (chiffre du rapport annuel 2014-2015), a annoncé l’entreprise aux 170 000 clients africains, mardi 1er mars à Abidjan.

Avec un réseau de huit agences à travers le pays, Advans a réussi à maintenir à moins de 1,7 % le taux de créances en souffrance, a-t-il été indiqué par les responsables d’Advans au siège abidjanais de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), à l’occasion des deuxièmes journées de rencontre entre Advans et les PME ivoiriennes, en présence du ministre de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Anzoumane Moutayé.

Le secteur de la microfinance en Côte d’Ivoire est très concurrentiel avec des acteurs de poids comme le français Microcred ou Atlantic Microfinance For Africa (Amifa), le holding dédié à la microfinance en Afrique subsaharienne du groupe marocain Banque populaire. Ce dernier s’est implanté en Côte d’Ivoire en décembre 2015 et espère y atteindre 19,83 milliards de F CFA (30,2 millions d’euros) de crédits pour 19 200 clients à l’horizon 2017, via une vingtaine d’agences à travers le pays.

Les producteurs ivoiriens de cacao, cible privilégiée
En Côte d’Ivoire, Advans développe plusieurs projets pilotes dans la banque mobile en cours principalement auprès des producteurs de cacao et en partenariat avec les opérateurs de télécommunication MTN et Orange.

« Au lieu de transporter en une seule fois les dizaines de millions de F CFA de leurs ventes, au risque de se les faire voler, nous proposons aux paysans des ouvertures de compte et le paiement par téléphone », expliquait à Jeune Afrique en décembre 2015 Grégoire Danel-Fédou, directeur général de Advans Côte d’Ivoire.

Créé en 2005, Advans est détenu principalement par des banques publiques de développement : le Fonds d’investissement et de soutien aux entreprises en Afrique (Fisea) de l’Agence française de développement (11,6 %), la Banque européenne d’investissement (22 %), CDC, l’institution de développement économique britannique (17,3 %), FMO, l’agence néerlandaise d’aide au développement (17,3 %), IFC (International Finance Corporation), filiale du groupe de la Banque mondiale (15,3 %) et la banque publique allemande KfW (14,9 %).

S’y ajoutent la société de conseil en financement Horus Development Finance (0,5 %) et La Fayette Participations (1,1 %), société d’investissement en capitaux propres spécialisée dans la finance, toutes deux dirigées par Claude Falgon, directeur général d’Advans.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment