01162022Headline:

Trésor public de Côte d’Ivoire : des responsables arrêtés pour détournement de fond

Selon des informations, des cadres informaticiens du Trésor public de Côte d’Ivoire, ont été arrêtés, dans une affaire portant sur un préjudice de plus d’un milliard FCFA pour le contribuable ivoirien, qui aurait été découverte par la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Personne ne veut confirmer ou infirmer, rapporte Afriksoir.

L’information circule dans les milieux informés ivoiriens et surtout dans le microcosme financier. Des cadres informaticiens du Trésor public seraient aux arrêts. Selon cette information, c’est la BCEAO, comme dans le cas de l’affaire de la responsable de la Banque nationale d’investissement (BNI), dans l’affaire Oumar Diawara, qui aurait découvert le système de type casse à travers des écritures informatiques.

En effet, il semblerait que des informaticiens aient profité d’une faille dans le dispositif mis en place par les services de Jacques Assahoré, pour initier des mouvements virtuels, des écritures informatiques en complicité avec des chefs d’agences de certaines banques. La stratégie consistant à ouvrir des comptes virtuels puis à opérer des virements. Préjudice estimé à un milliard FCFA.

Alors que des sources indiquent la piste de la BCEAO, d’autres celle de l’opération mains propres du gouvernement du Premier ministre Patrick Achi. Seulement voilà, le gouvernement ne confirme pas ces arrestations, encore moins le ministère chargé de la Bonne gouvernance.

Contactée par le site d’informations Afrik Soir, une source proche du Trésor affirme avoir vu l’information sur les réseaux sociaux sans en dire plus. « Je ne sais pas grand-chose. C’est vous-mêmes qui m’informez. J’ai vu l’information sur les réseaux sociaux le mercredi 22 décembre 2021. Autant vous cherchez, autant moi aussi je cherche à comprendre ce qui se passe réellement. Si j’ai la bonne information, je vous reviendrai. Quand on arrive au stade de la bonne gouvernance où ça devient étatique, on s’assoie tous pour observer. Tant qu’on ne m’a pas envoyé une note je ne peux dire quoi que ce soit », a fait observer cette source.

Selon la même source, le service communication du Trésor joint, n’a pas souhaité se prononcer sur la question. En attendant une position officielle, personne au sein du Trésor ne confirme ni n’infirme l’information qui semble cependant sérieuse. Les mêmes sources soulignent que toujours dans le cadre de l’opération mains propres, le DAF d’un ministère important est sous contrôle judiciaire.

Sapel

Comments

comments

What Next?

Recent Articles