04242017Headline:

(vidéo)Afrique: Un economiste qui l’ONU pour ses positions contre le Franc CFA

Cela fait près de six mois que le Bissau-Guinéen Carlos Lopes a quitté son poste de secrétaire général adjoint de l’ONU et de secrétaire général de la commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA). Interview.

Carlos Lopes quitte sa Guinée-Bissau natale à l’âge de 28 ans, en 1988, direction New York. Sollicité par le gouvernement en place, il préfère s’exiler un temps et travailler pour le Pnud, le programme des Nations Unies pour le développement.

Mais le temporaire dure plus longtemps que prévu : Carlos Lopes ne quitte l’ONU qu’en octobre 2016, pour se lancer dans des projets de « transformations » en Afrique. Entre-temps, il devient tour à tour le directeur des affaires politiques de Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU, directeur de l’École des cadres des Nations unies, à Turin, en Italie et surtout, le secrétaire exécutif de la CEA, la commission économique pour l’Afrique des Nations Unies.

Au sein des Nations Unies, où il s’est aussi fait connaître pour ses prises de position souvent à contre-courant de la doctrine économique majoritaire comme sur le F CFA, Carlos Lopes est désormais remplacé par Abdalla Hamdok. Depuis le mois d’octobre dernier, il planche à la demande du président rwandais Paul Kagame à la réforme institutionnelle de l’Union africaine.

Pourquoi a-t-il quitté l’ONU ? Pourquoi y est-il entré ? Qui sont ses mentors ? Carlos Lopes répond aux questions de Réussite dans une interview que vous pouvez visionner ci-dessous.

 

JeuneAfrique

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment