10172018Headline:

Yapi Christophe, après sa sortie, il ne bénéficiera pas de l’appui des souscripteurs de la société pour sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve.

Yapi Christophe, le Pdg de Monhévéa ne bénéficiera pas de l’appui des souscripteurs de la société pour sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve. Après la dernière vidéo dans laquelle il plaidait pour un retour en Côte d’Ivoire pour pouvoir respecter ses engagements, le Syndicat des investisseurs indépendants de l’agrobusiness en Côte d’ivoire (Siiabci), a pris d’importantes décisions que voici.

Décision du SIIABCI au sujet de l’organisation d’une manifestation de souscripteurs pour demander pardon au gouvernement afin qu’il laisse monsieur Yapi entrer en Côte d’Ivoire pour honorer ses engagements.

Le Bureau du SIIABCI s’est réunion à plusieurs reprises entre 13 septembre et le 15 septembre 2018 pour une prise de décision.

Le SIIABCI décide ce qui suit :

1- Le SIIABCI ne participera ni à l’organisation ni au déroulement d’une manifestation de demande de pardon au gouvernement.

2- Le SIIABCI maintient sa position de décembre 2016 dans laquelle nous disions que la difficulté du paiement ne réside pas dans la manière de payer mais dans la capacité financière de Yapi. En décembre 2016, le SIIABCI a refusé de valider ce chronogramme car les modalités de paiement étaient floues. Nous avons exigé que le chronogramme soit encadré et validé par nos avocats respectifs. Nous restons toujours sur cette position.

3- Le SIIABCI reste ouvert à la mise en place d’une délégation formée par les différentes organisations pour plaider le cas devant le président de la république SEM Alassane Dramane Ouattara.

Les raisons de la décision du SIIABCI sont :

1- L’heure n’est plus aux manifestations

2- Il n’est pas question que MH/Agronomix se serve encore des souscripteurs comme “grain à moudre”

3- La capacité de mobilisation est quasi nulle actuellement. Tous les souscripteurs sont exténués. Ce serait encore de la mobilisation d’énergie pour rien.

4- A ce stade de la crise, une manifestation ne servirait à rien. La décision de payer ou pas se trouve entre les mains soit de Yapi soit du gouvernement. Il suffit juste que l’un d’entre eux lève le petit doigt et les paiements se feront sans faute.

5- La vidéo de Yapi à elle seule suffit pour que le gouvernement réagisse. Donc une manifestation ne sert à rien.

6- Le chef de l’état a déjà reçu le message à travers la vidéo de Mr Yapi. Si ADO veut réagir, il le fera. Sinon Yapi peut faire une autre vidéo pour lui demander pardon sincèrement.

7- Le SIIABCI est persuadé que cette manifestation ne fera pas réagir le gouvernement.

8- MH/Agronomix n’a pas cessé de mentir aux souscripteurs depuis le début de la crise. La dernière en date a été de faire croire que des plantations seraient en train d’être réalisées dans de tiers pays pour justifier le chronogramme. Et au final, on nous indique que c’est encore la faute du gouvernement si le chronogramme n’a pas été respecté. Aujourd’hui, Yapi prétend être secrètement en contact avec le gouvernement en vue de trouver une solution. Si ce n’est pas encore un mensonge de plus.

9- Depuis le début de la crise, MH/Agronomix ne respecte aucun de ses engagements. MH/Agronomix semble ne plus se préoccuper des souffrances des souscripteurs.

10- Prendre part à une telle manifestation, rendrait le SIIABCI complice de tous les mensonges de MH/Agronomix avec pour conséquence une perte totale de crédibilité auprès de nos adhérents.

11- Le SIIABCI n’a pas obtenu la réponse à toutes nos questions car MH/Agronomix nous a dit qu’on ne peut pas tout nous dire. Agronomix nous a dit que c’est Yapi lui-même qui répondra à certaines de nos questions dans son communiqué prévu probablement pour fin septembre 2018.

12- Les réponses qui ont été données à certaines de nos questions ne nous ont pas convaincu.

13- A la question de savoir pourquoi le chronogramme du 3 septembre n’a pas été respecté, il nous a été répondu que le chronogramme est en cours et qu’on ne peut pas dire qu’il n’a pas été respecté. Agronomix affirme que le chronogramme est un processus. Cette réponse ne nous convainc pas du tout car ce n’est pas notre compréhension du chronogramme. Ce chronogramme dit bien paiement le 3 septembre 2018.

14- En décembre 2016, nous avons refusé de valider ce chronogramme car les modalités de paiement étaient floues. Nous avons exigé que le chronogramme soit encadré et validé par nos avocats respectifs. Nous restons toujours sur cette position.

15- Agronomix nous dit que Yapi a indiqué dans sa vidéo du 3 septembre 2018 qu’il avait obtenu l’assurance de la part du gouvernement que la situation serait débloquée avant septembre. Agronomix affirme que c’est la raison pour laquelle les paiements ont été fixés en septembre. Agronomix affirme que ce sont des partenaires de Yapi qui paieront après qu’ils aient obtenu l’assurance que Yapi rentra en Côte d’Ivoire et que le gouvernement lèvera le caractère illicite et illégal de ses activités. Nous estimons que Yapi et Agronomix ont menti aux souscripteurs en leur faisant croire que les paiements se feraient grâce à des plantations réalisées dans des pays autres que la Côte d’Ivoire.

16- Ce qui nous est demandé aujourd’hui par Yapi et Agronomix à savoir organiser une manifestation pour demander pardon au gouvernement afin qu’il permette à Yapi de payer est illogique et n’a aucune chance d’aboutir car le gouvernement a d’autres préoccupations en ce moments notamment les élections régionales et municipales et la préparation de l’élection présidentielle.

17- Au stade actuel de crise, Yapi n’a rien à attendre des souscripteurs, c’est à lui de poser des actions concrètes et soulager les souscripteurs. Qu’il arrête avec les belles promesses jamais tenues.

18- Yapi et Agronomix cherchent à déplacer la pression des souscripteurs qu’ils ont actuellement du fait du non-respect du chronogramme. Yapi cherche à détourner le regard des souscripteurs vers le gouvernement pour venir dire qu’il a montré toute sa bonne fois et que le gouvernement l’empêche de nous payer et par conséquent il est dans l’impossibilité de respecter ses engagements ; ce qui est inadmissible.

19- Nous connaissons tous la responsabilité du gouvernement dans cette crise. Nous demandons à Yapi d’arrêter d’infantiliser les souscripteurs avec de belles promesses jamais tenues.

20- Si Yapi a réellement la capacité financière de payer qu’il le fasse. Qu’il arrête de se cacher derrière le gouvernement car le gouvernement de Côte d’Ivoire ne peut pas empêcher des transactions financières hors du pays. S’il ne peut pas payer qu’il le dise clairement afin Chaque souscripteur soit situé une bonne fois pour tous.

21- L’inscription sur la plate-forme « Agronomix nouveau départ » ne peut et ne serait être une condition pour payer les souscripteurs.

22- Nous restons sur notre position de décembre 2016 dans laquelle nous disions que la difficulté du paiement ne réside pas dans la manière de payer mais dans la capacité financière de Yapi. Cette position nous a valu des coups bas et des calomnies de tout genre. Il a été diffamé que nous avons été corrompus, que nous sommes des traitres, que le gouvernement nous aurait acheté en nous remettant des dizaines de millions de FCFA.

23- Afin d’éviter qu’on vienne dire qu’après avoir été corrompus par le gouvernement, nous sommes maintenant achetés par Yapi ou que Yapi vient de me donner nos RSI, nous refusons de participer à une manifestation dont l’objectif est d’aider Yapi à demander pardon au gouvernement. Que Yapi paie notre argent car c’est à lui que nous avons remis nos sous et non au gouvernement.

N.B: Le titre et le chapô sont de la Rédaction

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment