05232017Headline:

Yopougon /La coopération internationale, renfort stratégique du développement locale

sicogi-maison

Education, culture, économie, cohésion sociale : la coopération décentralisée, nouvelle forme de coopération internationale aux bénéfices des collectivités territoriales africaines, se fait, depuis ces dernières années, un catalyseur, un renfort stratégique aux actions de développement locale à Yopougon, avec la mise en œuvres de diverses conventions conclues entre la municipalité de cette localité et des partenaires étrangers.

Education et cohésion sociale

 

« Nous devons mettre l’accent sur les jumelages, et aussi l’intercommunalité que nous saluons, et appelons les communes à fédérer, à mettre ensemble un certain nombre de moyens pour pouvoir se mettre ensemble sur des objectifs communs ». Ces propos tenus par le maire de Yopougon, Gilbert Kafana Koné (élu en 2013), par ailleurs président de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI), lors d’une interview accordée à l’AIP en avril 2015, dénotent bien ses choix de gouvernance.

 

Déjà que sa commune de 153,06 km2  et 1,07 million d’habitants -la plus grande et plus peuplée des communes d’Abidjan et de Côte d’Ivoire-, qui a été sévèrement affectée par la crise postélectorale (2010-2011), était à la recherche la reconstruction de son tissu socio-économique. A commencer par l’Education et la formation.

 

Grâce à un partenariat entre le gouvernement ivoirien et l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), la mairie de Yopougon est parvenu, à travers projet de renforcement des communes pour la promotion de la cohésion sociale du Grand Abidjan, à réhabiliter et construire diverses infrastructures de base. Il s’agit des écoles primaires Sogefiha 6 au Terminus 40 – cette école avait été transformée en base opérationnelle par une milice durant la crise-postélectorale-, et l’EPP Palmeraie à Port Bouët 2.

 

Ce projet, d’un montant global de 450 millions de francs CFA, implique également la construction de nouvelles voies bitumées dans les quartiers Banco 2 et à Andokoi sur environ 600 mètres, a eu recours à une main d’œuvre comprenant des ex-combattants de tous les bords.

 

La coopération décentralisée a également permis à Yopougon de bénéficier de l’appui de l’Union Européenne dans le cadre du Projet socioculturel et sportif dénommé PARCS (Projet d’appui à la réconciliation et à la cohésion sociale), d’un montant de 250 millions FCFA. Ce projet consiste, pendant 30 mois, en la réalisation de 10 activités socioculturelles et sportives, qui va s’illustrer par la réhabilitation d’infrastructures, la mise en œuvre de programmes de renforcement de capacités.

 

Le maire a procédé à cet effet au lancement des travaux de construction d’aires de jeux et de sports sur les espaces publics de renom dont la fameuse « Place CP1 », le Terminus 47 à la SOGEFIHA, le terrain de Brigade anti-émeute (BAE) aux Toits Rouges et l’espace Timotel à Niangon Sud.

 

Offensive diplomatique payante

 

Mettant à Profit de l’offensive diplomatique engagée par le président ivoirien Alassane Ouattara depuis son accession au pouvoir en 2011, qui a repositionné la Côte d’ivoire sur l’échiquier internationale, la mairie de Yopougon s’est parallèlement lancée dans une campagne de marketing territorial, pour vendre sa commune et engranger des aides directes auprès de collectivités des pays industrialisés.

 

Gilbert Koné Kafana a ainsi mené plusieurs missions hors du pays, qui l’ont notamment conduit aux Etats Unis, France, Allemagne, Canada, Italie, Chine, Arabie Saoudite, Turquie, Maroc, Afrique du Sud, mais aussi auprès du FMI, la Banque mondiale, la Banque islamique de développement. Afin de présenter la vision de sa cité et les potentialités de celle-ci en matière industriel –Yopougon abrite la plus grande zone industrielle d’Afrique de l’Ouest plus de 300 entreprises industrielles et commerciales-, touristique et commerciale.

 

Des tournées qui se soldent par plusieurs acquis, parmi lesquels la valorisation en cours des atouts touristiques de la commune avec sa longue bordure lagunaire, son potentiel économique et commercial.

 

Le 22 décembre 2015, une convention est signée entre la mairie de Yopougon et le  groupe mauricien SCI Émergence Plaza pour la construction du « Mall de Yopougon », un hyper marché d’une superficie de trois hectares et d’un coût global de 18 milliards de F CFA, dont les travaux sont en cours en face de la place Ficgayo dans le centre-ville.

 

Les travaux de construction d’un marché de gros et de détails sur sept hectares avec plus de 4000 étales, d’un coût de 25 milliards, dont le financement a été acquis dans le cadre des Contrat de désendettement et de développement (C2D) entre la Côte d’Ivoire et la France,  C2D, débuteront en 2018 dans le quartier de la Gesco.

 

Des discussions sont également en cours entre la mairie de Yopougon et des structures étrangères pour la construction de marchés modernes dans différents quartiers de la commune, notamment à Niangon et au Camp militaire. Ces projets, d’un montant provisoire de 200 millions, visent, selon la mairie, à décentraliser au maximum l’activité commerciale dans la commune, permettre aux petits commerçants et générer plus de revenus, mais surtout aider au renforcement de l’autonomisation de la femme.

 

Au pays, les contacts se multiplient entre la mairie de Yopougon et les représentations diplomatiques des pays des pays développés, mais aussi celles des pays membres du BRICS (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud).

 

Un boulevard de 2,7 km de type 2X2 voies allant du quartier Koweit à celui de Niangon a été construit entre 2015 et 2016, grâce à un financement de l’Agence française de développement (AFD) pour un montant estimé à près de 4 milliards de F CFA.

 

Sécurité, mais aussi culture et modernisation de l’administration

 

En mai 2016, un partenariat a été noué avec la ville d’Oklahoma City dans l’Etat d’Oklahoma aux USA pour l’équipement de la police municipale de Yopougon en engins roulants.

 

Avec le renforcement de la coopération entre la Côte d’Ivoire et le Maroc, qui a valu au royaume chérifien le rang de premier investisseur au bord de la lagune Ebrié, les autorités municipales de Yopougon ont effectué juin 2016 une mission d’immersion culturelle et économique dans la ville marocaine de Kétrina. Un déplacement sanctionné par la signature d’un mémorandum entre Gilbert Kafana Koné et le ministre Aziz Rabbah, président de la commune urbaine de Kénitra.

 

« Yopougon devra s’inscrire dans une dynamique d’échanges, de partages, de rapprochement, et dans un même élan de développement des deux communes. Ce qui permettra de partager nos expériences et expertises en matière de gestion communale », a affirmé M. Kafana Koné lors de la signature de cet accord portant sur plusieurs domaines  ciblés, dont la salubrité publique, l’assainissement et les infrastructures socioculturelles « qui font grandement défaut à la commune de Yopougon ».

 

Grâce à l’ambassade des Etats unis d’Amérique par le truchement de l’agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), Yopougon a pu réhabiliter sa bibliothèque municipale sise à l’ « allocodrome » de Niangon, rebaptisée Bibliothèque Municipale Philip Carter III, du nom de l’ex-ambassadeur des USA à Abidjan.

 

Les locaux de la mairie au quartier Semler, ainsi que ses directions annexes dans des quartiers, qui étaient dans un état de délabrement avancé ont désormais fière allure. Si la mairie a financé sur fonds propres la reconstruction des bureaux des membres de la municipalité et des agents administratifs, l’appui « inestimable » de l’USAID, a permis de prendre en charge la rénovation entière de la salle de mariage pour un montant de 59 millions F CFA livrée le 08 juillet 2014.

 

Mais aussi, l’USAID a aidé la mairie de Yopougon à réhabiliter entièrement des mairies annexes de Niangon Texaco et Toits Rouges, et à équiper la radio communale « Radio Yopougon », à hauteur de 70 millions F CFA.

 

Pour le maire de Yopougon, Gilbert Kafana Koné, le plus important dans son ambition pour sa cité « reste le vivre ensemble et la réduction de la pauvreté, surtout chez les femmes et les jeunes ».

 

Ainsi, des discussions sont en cours de finalisation entre la maire de Yopougon et des partenaires étrangers pour la construction d’une chaine de cinq bibliothèques à travers la localité, la construction d’une salle d’actions culturelles et artistiques, ainsi qu’un complexe dédié aux métiers de la musique et au spectacle. De quoi conforter la commune dans cette autre appellation de « cité de la joie ».

(AIP)

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment