10212017Headline:

A Abidjan Géraldine Aka, a échappé samedi soir, à l’agression dans un taxi en neutralisant le taximan par une bombe lacrymogène.

geradine aka

Une jeune ivoirienne, Géraldine Aka, a échappé samedi soir, à Abidjan, à l’agression d’un chauffeur de taxi en utilisant une bombe lacrymogène. Son histoire fait le tour du web. 

Géraldine Aka est devenue la nouvelle héroïne des réseaux sociaux. Son acte de bravoure l’a érigée au rang de “Wonderwoman”. Dans un échange sur Facebook avec Jeff Le Béninois, l’une des notoriétés ivoiriennes du net, elle a raconté les faits. « J’ai emprunté un taxi à Angré (quartier de la commune de Cocody) au marché de Coco Vico”, explique Melle Aka. « Au départ, j’étais avec ma grande sœur. Elle est descendue au niveau du nouveau pont d’Angré et moi je devais continuer avec le taxi à la Riviera-Palmeraie (un quartier de Cocody, ndlr). Arrivé au niveau du bas fonds de la CNPS, il (le chauffeur de taxi, ndlr) regardait derrière », poursuit la jeune héroïne. Géraldine Aka rappelle qu’elle « (a) toujours le réflexe de garder (sa bombe) lacrymogène dans (sa) main droite ». Soudain, relate-t-elle, le taximan a serré brusquement à droite parce que la rue n’était pas éclairée . « Il a remarqué qu’on n’était pas suivis. Il m’a dit : donne le sac à main et descends ». Un corps-à-corps va alors s’engager entre la jeune femme et son agresseur : « En luttant le sac avec moi, puisque je le portais au bras, c’était difficile de me l’enlever même s’il n’y avait rien de bon dedans à part mes produits de maquillage et mes cartes de visite. Je n’ai pas lâché ». Géraldine Aka va alors user de son arme fatale : sa bombe lacrymogène ! « J’ai pulvérisé sans réfléchir. Avec sa douleur, il s’est penché vers la portière arrière et a crié : “Descends, descends !” tout en luttant le sac avec moi. Lorsque je suis descendue, il avait du mal à démarrer. J’ai alors crié. Juste derrière, il y avait un autre taxi avec client à bord. Ils ont garé. Je leur ai rapidement dit que ce Monsieur avait tenté de me voler. » Surpris et paniqué par la résistance de sa cliente, le taximètre braqueur démarre en trombe. « Etant montée dans le second taxi qui avait garé derrière nous, on s’est mis à sa poursuite. » Nouvelle déconvenue pour le chauffeur malfrat qui a dû se lever du mauvais pied ce jour-là. Ses roues le lâchent : « Ses pneus arrière ont crevé. Au carrefour Quick Market (Riviera-Rosier), il a tourné à droite. Il a emprunté une voie non bitumée. Ne pouvant plus avancer, il est descendu de son véhicule et s’est mis à courir. » Mais ce taximan indélicat n’est sûrement pas Usain Bolt. Groggy par l’effet du lacrymogène, l’homme est très vite rattrapé par « les riverains » qui, alertés, se sont mis à sa poursuite pour le « choper”, comme le dit joliment Géraldine Aka. Le chauffeur de taxi indélicat a ensuite été conduit au commissariat. « Depuis 22h, c’est maintenant que je rentre. », précise la rescapée à son ami Jeff Le Béninois au cours de leur discussion instantanée. La police judiciaire a embarqué le bandit après les différentes dépositions de sa victime. « Il avait en plus de la drogue sur lui. », nous apprend Géraldine “Wonderwoman” Aka, qui ressent encore les brûlures de sa bombe lacrymogène. Le courage de “la Femme de l’année” a été unanimement salué par les internautes.

 

En mars dernier, le décès du mannequin Awa Fadiga, agressée par un chauffeur de taxi, avait suscité une grosse émotion en Côte d’Ivoire. Le 15 avril, la police ivoirienne avait annoncé l’arrestation d’un chauffeur de taxi-compteur Issaka Koné, ressortissant du Burkina Faso.

D’autres victimes d’agressions dans les taxis ont porté plainte. Mais, si beaucoup d’entre elles, dans l’immédiat, n’ont pas eu le temps de dévisager le ou les agresseurs, certaines jeunes filles rescapées sont parvenues à le faire.

© POLITICO – Sonia Cohen

agresseur

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment