08212017Headline:

Abidjan: Batail concurentiel entre 2 pompes funèbres-Ce qui se passe

Troisième structure mortuaire à s’installer dans le District autonome d’Abidjan en 2014, après Ivoire sépulture (IVOSEP) et les Pompes funèbres générale d’Afrique (PFGA) ex INTERFU, la Société ivoirienne de pompes funèbres  (SIPOFU) est basée dans la commune de Yopougon.

Après seulement trois ans d’activités, elle trouble le sommeil aux structures devancières vue son succès, notamment IVOSEP, principale société de pompes funèbres  en Côte d’Ivoire, leader dans ce secteur d’activité.

Dans l’exercice de leurs activités, SIPOFU et PFGA rencontrent des difficultés liées à la concurrence que leur livre le leader dans le secteur, comme indiqué par les responsables de la Société SIPOFU au cours d’une rencontre de presse.
Cette situation est justifiée par l’enquête diligente par l’autorité ivoirienne indépendante pour la concurrence, la Commission de la Concurrence et de la Lutte contre la Vie chère (C.C.L.V.C) dont les résultats d’enquête et la décision des conduites à tenir sont attendus depuis plus d’an.
Selon nos investigations, lorsqu’une famille décide de faire venir le corps de son défunt de la morgue d’IVOSEP à celle de SIPOFU où une autre structure sur le District ou à l’intérieur du pays, ils assistent à une surfacturation, des rubriques et des coûts injustifiés.
Les responsables de SIPOFU constatent par ailleurs que leurs véhicules sont soumis à la surveillance des agents de sécurité d’IVOSEP (en tenue bleu ciel haut et bleu nuit pantalon) lors des entrées et sorties des CHU, avec l’accord des directeurs desdits établissements.
«Chaque jour, de nombreuses familles ivoiriennes sont victimes de cette concurrence déloyale par le fait que IVOSEP par ces pratiques les empêches d’avoir le choix de la structure mortuaire qu’ils désirent. Le droit de disposer de son défunt à sa guise, après le constat de la mort est un fondement sine qua non pour le consommateur comme le stipule le code du consommateur adopté le 06 juin 2016 à l’Assemblée nationale, » précise un consommateur.
A l’heure de la globalisation et de la mondialisation, est-il important de rappeler que le client est roi, a le droit de faire son choix et l’Etat dans son rôle régalien doit tous faire pour que l’environnement s’y prête.
Wassimagnon, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment