01182019Headline:

Abidjan: Le règlement de compte entre Policiers.

Une violente bagarre à Yopougon, avec comme protagonistes essentiellement que des agents des forces de l’ordre, s’est soldée par des blessés grave, dont un par balle. Un pugilat sanglant qui, aussi curieux que cela puisse paraître, est lié au pari illicite qu’est le loto ghanéen. Comment comprendre tout cela ?

En effet, à en croire des sources sécuritaires, le lundi 10 décembre 2018, le sergent de police Y.A. est approché par l’un de ses amis qui lui porte une bonne nouvelle, par ces temps de vaches maigres. L’ami lui rapporte, en effet, qu’il vient de gagner la somme de 100 000 F Cfa au loto ghanéen. Alors, il souhaiterait donc que le sergent Y.A. l’accompagne encaisser son gain. De toute évidence le flic est heureux. Certain qu’il va bénéficier des « largesses » de son pote, une fois le pognon touché. Voilà donc les deux hommes qui se rendent au lieu de paiement des gains. C’est à l’endroit dénommé « Sicogi-Lavage », là d’où partent tous les « woro-woro » de Yopougon pour transporter leurs clients en direction d’autres communes.

A relire: Loto Ghanéen : La LONACI fait arrêter 8 exploitants à Marcory

Mais une fois sur place, les deux compagnons sont désillusionnés. Notamment l’agent de police, qui fondait beaucoup d’espoir dans l’argent de son ami. Il avait déjà secrètement fait ses petits calculs, avec la part qu’il percevrait. De fait, les organisateurs du jeu soutiennent ne pas être dans la possibilité de payer ce gain, sous prétexte qu’ils n’ont pas encore suffisamment de ressources financières pour le faire. Et parmi eux, il y a un autre flic, le sergent A.D. dont on préfère ne pas indiquer le service où il exerce.

Avec véhémence, il somme les deux amis de dégager et de revenir plus tard. Cela, son collègue Y.A. ne l’admet pas. Le ton monte entre les deux policiers, qui finissent par s’empoigner comme des chiffonniers. Au cours de leurs échanges de coups, le sergent Y.A. fait recours à un adjuvant : son arme de dotation. Il s’en sert, notamment la crosse, pour administrer plusieurs violents coups au visage de son adversaire qu’il blesse d’ailleurs.

Là, les amis du sergent A.D., qui organisent le loto ghanéen avec lui, rentrent dans la danse. Ils se ruent sur le sous-officier Y.A., dans le but de le désarmer et le corriger par la même occasion. Mais ce dernier montre toute une opiniâtreté, pour ne pas céder son arme à feu.

Suivant la bagarre, un autre agent de police, le sergent V.K., en service dans une importante unité d’intervention, croit bien faire d’intervenir pour ramener les protagonistes à la raison. Malheur ! Un coup de feu part accidentellement de l’arme du sergent Y.A., que les autres tentaient de lui arracher. La balle partie de ce pistolet automatique vient blesser sérieusement V.K., le pauvre intervenant.

Plus tard alerté, un détachement de la police se déploie sur les lieux et interpelle tous les protagonistes, pour les entendre et situer les responsabilités. Pour leur part, les blessés sont évacués à l’hôpital pour des soins.

KIKIE Ahou Nazaire

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment