09252018Headline:

Abidjan/Port-Bouët: Un opérateur économique attaqué et dépouillé de plusieurs millions de F Cfa

La date du mercredi 30 mai 2018, K.P., ressortissant burkinabé et vendeur de bétail, l’aura à coup sûr, à jamais en travers la gorge. Et ce n’est pas les raisons qui lui manquent.

De fait, nous apprennent nos sources, ce jour-là, l’homme se rend à l’abattoir, à Port-Bouët. En ces lieux, il procède à des encaissements auprès de ses nombreux clients, auxquels il a livré des bêtes précédemment. Et après cette opération de recouvrement, l’opérateur économique qui a moins de 30 ans, se retrouve avec la somme d’un peu plus de cinq millions de F Cfa.

Ce fric, avec tous ces malfaiteurs aux aguets et très actifs, il ne veut pas commettre l’imprudence de le garder sur lui. Il lui faut plutôt le mettre en lieu sûr, à la banque. Et comme l’établissement financier dans lequel son compte est domicilié n’est pas vraiment loin de sa position à l’abattoir, il choisit alors de faire le parcours à pied. Voilà donc K.P. parti.

Mais alors qu’il est à hauteur de l’entrée secondaire de l’hôtel communal et donc, à quelques encablures de sa destination, le vendeur de bétail est brutalement accosté par deux quidams circulant à moto. Celui qui est assis à l’arrière de l’engin, sort un pistolet qu’il pointe sur l’infortuné, avant de lui exiger son sac renfermant l’argent. De l’argent qu’il vient d’encaisser, précisent les deux fripons. Le malheureux commerçant n’a d’autre choix que d’obéir. Les deux « vilains » garçons lui arrachent le sac de pognon et décampent devant une foule de témoins apeurés.

Tout de suite après, le pauvre homme se déporte au commissariat de police du 5ème arrondissement, qui est non loin de là et dépose plainte. Une enquête policière est immédiatement ouverte, en vue de retrouver les braqueurs présumés. Des braqueurs qui, on ne sait pas quel tour de magie, savaient parfaitement que K.P. venait d’encaisser plusieurs millions de F Cfa et qu’il s’en allait verser ce fric à la banque. Ça donne clairement l’impression qu’ils ont un ou des complices, dans l’entourage de la victime. Les investigations policières en cours « parleront » certainement.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment