12112018Headline:

Abidjan: Tension entre des bandits et des policiers mélangé à Adjamé; La raison…

Le lundi 3 septembre 2018, des bandits ont lancé un assaut contre un commerce, situé aux abords du boulevard Nangui-Abrogoua, à Adjamé. S’ils ont réussi à spolier leur victime, qu’ils blessent au passage, de plusieurs millions de F Cfa, ils ne seront pour autant pas à la fête. La raison, la police a mélangé leurs calculs.

De fait, selon des informations sourcées, ce lundi-là, tôt le matin, D.S., patron d’un magasin de vente de vêtements où s’effectuent également des transferts d’argent, est déjà à la tâche. Les portes de son commerce sont ouvertes.

Aux environs de 8h, voilà deux individus qui se pointent devant le magasin. Ces derniers sont accueillis avec un large sourire par le patron des lieux, qui croit avoir affaire à d’honnêtes clients. Mais on le verra, le pauvre va déchanter.

En effet, alors qu’il pense, comme on l’a dit, avoir affaire à de véritables clients, que les visiteurs, en réalité des malfaiteurs, armés de pistolets automatiques, brandissent leur arsenal de « travail ». Et sans autre forme de procès, ils ouvrent le feu sur D.S. L’atteignant de plein fouet. Et très rapidement, les scélérats s’emparent de plusieurs millions de F Cfa, des marchandises…et tentent de s’arracher des lieux.

Mais pour cela, il leur faut un moyen de locomotion. Un taximan a le malheur de passer par-là. Les bandits braquent le pauvre chauffeur de taxi-compteur, répondant aux initiales F.B. Ils l’éjectent ensuite de son véhicule, une Toyota, de type Corolla, à bord duquel ils embarquent aussitôt. Mais ces criminels n’auront pas vraiment le temps de s’évanouir dans la nature.

En effet, le patron du 3ème arrondissement, le commissaire Ouattara Théophile, à la tête d’une équipe, effectue promptement une descente sur le lieux de l’attaque. A leur vue, les gangsters engagent les hostilités, en ouvrant le feu en direction de l’autorité policière et ses hommes. La riposte des agents des forces de l’ordre ne se fait pas attendre. Et c’est la fusillade.

Quand le calme revient, l’un des malfaiteurs est à terre. Il répond au nom de Seydou Sangaré, âgé de 28 ans. Il a reçu une balle à la cuisse gauche. Interpellé donc, il dira plus tard, former un gang avec son comparse qui, plus chanceux, a réussi à s’échapper.

Il est saisi sur le présumé gangster, une arme à feu de marque Smith & Wesson…garnie de huit (8) munitions. Le sieur Seydou Sangaré est mis à la disposition de la Police criminelle, pour continuation d’enquête.

Quant à D.S., le commerçant atteint par balle à l’abdomen, il est évacué d’abord à l’Hôpital général d’Adjamé, ensuite au Centre hospitalier universitaire ( Chu) de Cocody, qui a un plateau technique mieux adapté, à son état de santé. D’ailleurs, après des soins adéquats, a-t-on appris, sa vie ne serait plus en danger.

On peut donc dire que le commerçant D.S. est un sacré veinard. Et il doit doublement loué Dieu. Non seulement pour lui avoir sauvé la vie. Mais aussi, pour lui avoir envoyé promptement le commissaire Ouattara Théophile et ses éléments. Eux qui ont dérouté les braqueurs et même réussi à mettre la main sur une partie du butin de ses agresseurs. Notamment, une importante somme d’argent.

Madeleine TANOU

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment