10222018Headline:

Abidjan: Un acte criminel a été commis à Treichville; Il s’agit du meurtre d’un jeune homme éventré

Un acte criminel a été commis à Treichville. Il s’agit du meurtre d’un jeune homme, dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 juin 2018. Sur ces faits, il est assez difficile, faut-il déjà le faire remarquer, d’en définir les circonstances exactes. Des témoignages allant dans déférents sens.

Cependant, selon des sources, des jeunes en grand nombre, cette nuit-là, excités et sur les dents, déboulent aux urgences du Chu de Treichville. Ils ont avec eux, un autre présenté comme leur ami. Ce dernier a, sur le côté gauche du flanc, une large ouverture, probablement faite à l’arme blanche. L’infortuné, très mal en point, pour ne pas dire dans un état critique, a les viscères sortis de son abdomen.

Peut-on encore sauver ce garçon d’une vingtaine d’années ? Malheureusement, non. Son cas est désespéré. Pas de miracle possible à produire des simples mains d’un praticien. C’est donc la mort dans l’âme, que le médecin de garde, après avoir consulté le blessé grave, avance qu’il ne peut rien faire. Et les secondes d’après, l’individu dont l’identité n’est pas donnée, rend l’âme.

En colère devant la perte tragique de leur camarade, les jeunes gens, dont la nature est douteuse, arrivent du Centre hospitalier universitaire, en courant. Ils foncent tout droit dans les locaux d’une compagnie de transport, dans les environs de la Fédération ivoirienne de football. Nous sommes aux alentours de 2h du matin.

Encore plus excités et proférant des menaces de mort, ils hurlent être là, pour déloger deux autres jeunes gens qui se seraient planqués dans les locaux de ladite gare. Des jeunes qu’ils accusent d’avoir éventré leur ami dont le corps vient d’être admis à la morgue du Chu de Treichville.

Ils martèlent être sur le pied de guerre, pour régler les comptes à ces deux-là. Et venger ainsi leur camarade dont ils ne disent cependant pas les conditions dans lesquelles il s’est fait éventrer. Aussi, s’opposent-ils à la sortie des cars, de la gare. Pas question de voyage ici, tant qu’ils n’ont pas mis la main sur ceux qu’ils prétendent être venus chercher.

Alors que vraisemblablement, notent des sources, ils sont prêts à commettre d’énormes dégâts que la police intervient énergiquement. Ils se dispersent, mais l’un des fuyards est interpellé et gardé à vue, pour les besoins de l’enquête. C’est un Nigérien d’une vingtaine d’années, répondant aux initiales de T.A.

linfodrome.com

Esther Lignon

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment