07162018Headline:

Abidjan: Un artiste-chanteur égorgé devant chez lui à Yopougon

Un homme d’une quarantaine d’années, présenté comme artiste-chanteur, mais sans doute pas encore confirmé véritablement, a été la cible d’une sauvage agression, à l’arme blanche. Lui, c’est Anicet Zanté. Et la scène criminelle se passe dans les environs de l’école des sourds et muets, au quartier « Sogefiha-Solic 2 », à Yopougon,

Selon nos sources, dans la nuit du samedi 23 juin 2018, dame A.K., coiffeuse de profession, est à son domicile, au quartier indiqué précédemment. Elle est toute épuisée, après une dure journée de travail, à rendre belles les autres femmes. Une sortie-détente n’est donc pas à l’ordre du jour chez elle. Elle entend plutôt récupérer pour être d’aplomb, la prochaine fois. En clair, la coiffeuse aspire à être tranquille. Et à cet effet, elle est installée dans son salon, où elle suit des émissions à la télé.

Mais voilà qu’aux alentours de 23h, elle entend un puissant cri de détresse déchirer le calme de la nuit. C’est quasiment à sa fenêtre. Que se passe-t-il ? Avec courage, la coiffeuse ouvre la porte. Et là, dans le couloir passant devant sa porte, elle découvre, étalé à même le sol et en sang, son voisin Anicet Zanté, l’artiste-chanteur. Grièvement blessé, le malheureux présente une énorme entaille à la poitrine. Une blessure effroyable, faite à l’arme blanche, juste au niveau du cœur.

La coiffeuse appelle au secours. Et peu après, l’infortuné blessé est évacué aux urgences chirurgicales du Centre hospitalier universitaire de Yopougon. Il est immédiatement pris en charge par les praticiens qui, toujours selon nos sources, fondent beaucoup d’espoir à lui sauver la vie.

La police qui est informée, dépêche des agents sur les lieux. Ceux-ci procèdent au constat d’usage. Leur enquête devra s’employer à éclairer sur toutes les circonstances de cette agression, qui aurait pu virer au pire. Une enquête qui va permettre de savoir, si l’agression vient de bandits ordinaires, voulant simplement voler des biens à une victime. Ou si, a contrario, l’acte est une attaque commanditée.

afrikmag.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment