09262017Headline:

Abidjan-Un homme arrêté avec 67 ovules de cocaïne dans le ventre

drogue

Un homme arrêté avec 67 ovules de cocaïne dans le ventre, la drogue défie Ouattara à Abidjan

La semaine dernière à l’aéroport FHB, la vigilance des forces de l’ordre a permis de mettre la main sur un dangereux dealer Nigerian. L’individu avait une soixantaine de sachet de cocaïne dissimulée dans le ventre. Il sera écroué à la MACA pour 10ans.

Il ne pensait pas éveiller les soupçons. Mais il a finalement été interpellé par la police à l’aéroport international FHB.

Micheal Onochie Anekoe 40ans, originaire du Nigeria, voyageait léger et ne comportait rien de compromettant sur lui. Pourtant à l’intérieur de lui, dans son estomac, étaient dissimulées 67 ovules de cocaïne, soit environ 600 grammes.

Une enquête minutieusement menée par la brigade des “stup”a en effet permis de démasquer le quidam. Également l’alerte avait été donnée de le retrouver.

Une fois arrêté, l’individu s’est muré dans le silence, refusant de collaborer. Mais il a été confondu par une radiographie abdominale. Il a alors reconnu transporter la cocaïne depuis le Brésil, pour la revendre en territoire ivoirien, avant de regagner son pays d’origine le Nigeria.

Mardi, Micheal onochie anekoe a été conduit devant le tribunal de grande instance au Plateau: 10 ans d’emprisonnement ferme et une interdiction de territoire pendant les prochaines années. Il doit également s’acquitter d’une amende d’un million de francs Cfa.

L’homme a été écroué à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan.

Par ailleurs notons qu’à Abidjan des commerces de drogues ont toujours pignon sur rue comme constaté par KOACI.

Exemple parmi d’autre, à Treichville un des principaux “fumoir” du pays, défie le pouvoir et les autorités depuis des années. Situé au niveau des rails non loin du rond point du Chu, il est contrôlé par des hommes armés de pistolet et de kalachnikov. On y rentre et y sort, “accompagné”.

On y trouve toute sorte de drogues des plus douces aux plus dures. Étrangement, les dealers n’ont jamais été inquiétés par les forces de l’ordre, au contraire, des policiers y sont croisés pour prendre leur part. Mercredi, deux agents des forces de l’ordre déposé par un 4*4 de la police, y faisait un aller retour sous nos yeux.

Les informations sur place indiquent que des cadres de l’Etat seraient impliqués dans ce fumoir, ce qui pourrait expliquer son existence et sa pérennité.

A Abidjan on peut parfois compter plusieurs “fumoir” par quartier et parfois situés dans des lieux improbables comme sous le pont Felix Houphouët Boigny où quotidienement se pressent consommateurs et revendeurs, là encore sous le regard impassible voire peut être complice des forces de l’ordre.

Le laxisme observé de l’Etat serait il intéressé? affaire à suivre…

Adriel, Abidjan

Source: Koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment