12032016Headline:

ABIDJAN : Vigilance ! Quand Ils vous secouent… Tout disparaît

adjamé-liberté

Il ne se passe pas de jour sans qu’ils ne se signalent par l’originalité de leur trouvaille. Ils possèdent sans doute un catalogue très varié de techniques pour semer la désolation. Là où ils passent, « les victimes trépassent », pourrait-on dire pour ironiser. Il s’agit bel et bien des pickpockets qui investissent Adjamé aux premières heures du jour, telle une nuée de criquets pèlerins.

La commune d’Adjamé, qui abrite quotidiennement environ trois millions de personnes du fait de son activité commerciale intensive, est devenue le terrain de chasse de voleur de tout acabit. L’ambiance qui prévaut dans cet hypermarché à ciel ouvert facilite aisément les activités des voleurs. Piétons et automobilistes éprouvent d’énormes difficultés à se frayer un passage du fait de l’occupation anarchique des trottoirs par des commerçants  exerçant même sur la chaussée.

Situation qui entraine bien souvent de légères bousculades. Toute chose qui n’est pas faite pour déplaire aux pickpockets et gangsters de toute nature. Ces voyous profitent de pareils moments pour se glisser dans la foule et faire les poches aux honnêtes citoyens.

Agissant généralement à deux au moins, ils repèrent leur cible et foncent vers elle comme des rapaces ayant repéré leur proie. Une fois à son niveau, les voleurs la prennent en ‘’sandwich’’, mais d’une façon subtile. Comment opèrent-t-ils ?

« On vous secoue un peu… votre portable, votre argent… tout se volatilise… »

Leur trouvaille est assez originale. On pourrait l’appeler la ‘’technique de la secousse’’. Et elle fait actuellement mouche à Adjamé. Récit de l’une des victimes. « Je marchais tranquillement sur l’avenue reliant le carrefour Renault au marché Gouro quand j’ai été accosté subitement par un individu qui m’a secoué comme s’il me connaissait. Etonné et sceptique, j’ai échangé quelques mots avec lui. Puis, il s’est fondu dans la masse. C’est quelques heures plus tard que j’ai réalisé que je n’avais plus mon porte-monnaie qui contenait une importante somme d’argent », explique M. Yaya K.D., webmaster dans une entreprise de presse de la place. Idem pour Rodrigue M., étudiant en Droit, qui a également fait l’amère expérience de la technique dite de la ‘’secousse’’. Les deux victimes, que nous avons reçu à notre rédaction, nous ont confié avoir cru d’abord à un tour de magie noire avant de se rendre à l’évidence

adjamé liberté
Adjamé-Liberté, l’un des terrains de chasse des voleurs

En effet, la combine des malfaiteurs est toute simple. L’un se positionne en face de la victime qu’il essaie de distraire en sortant le grand jeu. Il détourne son attention en se faisant passer, avec tout le talent d’un comédien chevronné, pour l’une de ses connaissances qu’il aurait perdu de vue et qu’il est tout content de retrouver. Ou encore, il se présente à sa « future victime » comme un prestataire de service : vendeur à la criée, convoyeur à la recherche de voyageurs…

Une fois l’attention de la cible captivée, le malfrat la saisit brutalement par les épaules, la remue vigoureusement en faisant semblant de dialoguer avec elle. « Comment vas-tu mon frère ? …Ça va, tout se passe bien ? … Où vas-tu ?… Bouaké… Yamoussoukro… Daloa… San-Pédro? », telles sont les questions que ces malfrats posent très souvent à leurs victimes.

Pendant que le piéton est captivé par la personne qui lui parle, le second larron placé dans son dos ou sur son côté en profite pour glisser ses doigts dans sa poche afin de soustraire son téléphone portable ou son porte-monnaie. La scène ne dure que quelques secondes.

Une fois leur forfait accompli, le bandit « comédien » fait semblant de s’excuser auprès de la victime et se fond dans la nature.

Alors prudence donc, si vous êtes de passage à Adjamé ! Et n’oubliez surtout pas de véhiculer cette information pour mettre fin à cette pratique fort récurrente.

Abidjan911

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment