01182019Headline:

Aboisso: Un tenancier de maquis abattu par le petit ami de sa sœur et son gang.

image d-illustration

Guédé Gnaly Serge Patrick, né le 28 décembre 1990 à Bakro, village communal d’Aboisso, a été abattu par des individus assimilés à des coupeurs de route. Crime commis entre les bourgs d’Adjouan et d’Eboué, dans le département d’Aboisso. Et c’était dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 janvier 2019.

En effet, expliquent nos sources, parti quelques heures auparavant vivre l’ambiance féerique et colorée du feu d’artifice organisé dans le village d’Eboué, Guédé Gnaly Serge Patrick décide de rentrer à la maison. C’est à Adjouan, où il est connu comme tenancier d’un maquis, parallèlement aux activités de gestion des installations agricoles de son oncle.

Sur sa moto, il transporte sa sœur cadette et sa femme. Tous heureux, remercient le bon Dieu de leur avoir permis de voir les premiers jours de la nouvelle année. Et aussi, d’avoir fait d’eux, des témoins privilégiés du feu d’artifice célébrant l’an 2019.

Malheureusement, ce que le jeune homme et ses proches ignorent, c’est qu’il se prépare une attaque qui hélas, va changer le cours du destin du chef de famille.

De fait, peu après 2 h du matin, alors qu’il avance sur cette route difficilement praticable, Guédé Gnaly voit devant lui, un tronc d’arbre obstruant la voie. De toute évidence, pour éviter de rentrer dedans, il donne un coup de frein.

Le temps qu’ils réalisent ce qu’il se passe, trois individus surgissent de la broussaille et les tiennent en respect. Dans la foulée, sous la menace d’une arme à feu, les malheureux voyageurs sont détroussés d’argent et de téléphones-portables.

Malheureusement, au moment où la scène détestable se passe, un coup de feu part. Atteignant Guédé Gnaly à l’abdomen. Le pauvre s’écroule et les instants qui suivent, on voit ses boyaux lui sortir du ventre. Les bandits eux, s’évanouissent dans la nature.

Informés de l’acte criminel, l’adjudant-chef Daouda Konaté, commandant de la brigade de gendarmerie de Maféré, s’en remet à son supérieur qu’est le commandant de compagnie. C’est finalement sur les instructions du chef d’escadron Kouassi Sidoine, qu’une enquête est ouverte.

L’adjudant-chef Daouda Konaté à qui cette tâche est confiée, met toute son expérience à profit. Et cela ne tarde pas à payer. La preuve, exploitant judicieusement un coup de fil anonyme, il demande à la notabilité d’Adjouan, de réunir tous les jeunes du village, pour des échanges. C’était le lundi 7 janvier dernier .

Beau-frère tueur…

Mais lorsque se présentent tous les jeunes, l’on constate que trois manquent à l’appel. Ces derniers choisissent plutôt d’aller se gaver de plats de foutou consistants, quelque part, dans une concession.

Toute chose qui intrigue les gendarmes. Le commandant de brigade Daouda Konaté et ses hommes foncent alors sur les lieux de la bouffe et chopent les trois jeunes gens à l’attitude bien curieuse.

Interrogé, l’un d’eux, K. Allou, passe à table. Identifié comme étant le chef de la bande de coupeurs de route, on apprend que c’est de son fusil, que le coup de feu mortel est parti.

C’est finalement dans le véhicule personnel de l’adjudant-chef Douada Konaté, que les trois suspects sont embarqués, pour la brigade de gendarmerie de Maféré. Une fois sur place, les trois individus qui ne s’attendaient pas à une telle déconvenue, s’accusent mutuellement.

Peu après, au cours de son audition, G. B. Gilbert est identifié comme étant celui qui est le fournisseur du fusil de chasse à K. Allou et K. M. Fulgence. Entendu, K. M. Fulgence livre plutôt, un récit truffé de mensonges, du reste vite balayé du revers de la main par K.Allou. Pour qui ça ne vaut plus la peine, de faire diversion. Ça ne peut plus prospérer.

Et d’ajouter que la nuit des faits, il était question pour eux, de commettre un braquage pour se faire de l’argent. Notamment, dans le lot des motocyclistes qui rentraient chez eux. Et malheureusement, c’est Guédé Gnaly, ironie du sort, l’aîné de sa petite amie, qui va le payer de sa vie.

Au moment où nous mettons sous presse, G. B. Gilbert 31 ans , K. M. Fulgence 23 ans et K. Allou 18 ans, étaient sur le point d’être déférés devant le parquet d’Aboisso.

Par ailleurs, c’est l’occasion ici, de lancer un véritable Sos, en faveur de la brigade de gendarmerie de Maféré, dont le véhicule d’intervention est sur cale, depuis maintenant trois ( 03) ans.

Auteur: Linfodrome 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment