11182017Headline:

Adjamé, Marcory, Port-Bouët : Plusieurs morts déplorés que se passe t’il à Abidjan?

mort en ci et libie

La seule journée du samedi 15 novembre 2014 a été prolifique en découvertes macabres. Il s’agit de la découverte de plusieurs corps sans vie.

C’est à Adjamé que débute cette série macabre. Précisément, au quartier « Château ». Nos sources nous informent qu’ici, est découvert dans la rue le cadavre d’un jeune homme âgé de la trentaine. Vêtu d’un tee-shirt de couleur blanche et d’un pantalon Jeans noir, l’infortuné ne portait aucune trace apparente de violence sur le corps. Le commissariat de police du 3ème arrondissement alerté, des agents se déportent sur les lieux, pour le constat d’usage. Et au cours de celui-ci, le défunt qui n’avait sur lui aucun papier, n’a pu être identifié. Le corps est plus tard enlevé par les pompes funèbres et déposé à la morgue du Chu de Treichville. Il était environ 9h. Peu de temps après, toujours à Adjamé, mort d’homme est encore signalée.

Nos sources soutiennent que le nommé Kamara Lamoussas, 42 ans, chauffeur pour le compte d’une entreprise de la place, est de retour d’Élibou, localité située à la frontière ivoiro-ghanéenne. Parvenu à Adjamé, il s’en allait directement au siège de sa société, quand, à hauteur de la gare routière, l’une des roues arrières de son véhicule crève. Il met pied à terre, constate les dégâts et entreprend de changer la roue défaillante. Et là subitement, il se met à tousser à n’en plus finir. Et tout d’un coup, c’est du sang en importante quantité et en caillots, qu’il se met à vomir. Ne tenant plus sur ses jambes, il s’affaisse. Étendu au sol, il continue de se vider de tout son sang qui lui sort de la bouche par jets également.

Finalement, Kamara Lamoussa meurt là, sans qu’on ait eu le temps de le faire évacuer dans un centre hospitalier. Une fois de plus, le commissariat de police du 3ème arrondissement informé, arrive pour le constat d’usage et le cadavre est enlevé pour la morgue du Chu de Treichville. Une enquête est aussitôt initiée, pour déterminer les causes de la mort du pauvre Kamara Lamoussa. Mais dans son entourage, on indique qu’il est mort d’une tuberculose pulmonaire dont il souffrait depuis longtemps. Aux alentours de midi, c’est à Marcory, sur le boulevard de Marseille, à l’arrière de la station « Shell », que flottait un corps sans vie, sur la lagune. Celui d’un homme que bloquaient des nénuphars. Informés, des éléments du commissariat de police du 4ème arrondissement se rendent sur place, pour le constat d’usage. Mais devant l’impossibilité pour eux d’accéder au cadavre gisant sur l’eau, ils font appel aux sapeurs-pompiers dont des plongeurs récupèrent le corps sans vie, pour le déposer sur la berge.

En attendant d’être éclairé sur les circonstances de cette mort, la dépouille de ce malheureux qui n’a pu être identifié, pour défaut de pièces administratives, est conduite à la morgue du Chu de Treichville. On en est là, quand la commune de Port-Bouët s’invite à cette macabre série. Peu après le village-quartier d’Anani, en bordure de la route menant à Grand-Bassam, le corps sans vie d’un homme. Qui est-il et comment expliquer sa mort ? Personne ne le sait pour l’heure.

Après les constatations d’usage, le corps sur qui on observait aucune trace de violence, attend dans un casier à l’Hôpital général de Port-Bouët. Le commissariat de police du 24ème arrondissement s’active, pour situer sur les circonstances de cette découverte. C’est finalement au quartier « Petit-Bassam », aux environs de 17h, que cette série de découvertes macabres connaît son terme.

Nos sources soutiennent qu’un jeune ressortissant malien de 15 ans, apprenti-couturier répondant au nom de Mahamadou Diarra, a péri dans la mer, lors d’une partie de baignade organisée avec des amis. Alerté, le commissariat de police du 5ème arrondissement procède au constat d’usage et le corps sans vie du garçon est transféré à la morgue de l’Hôpital général de Port-Bouët. Fort heureusement enfin, cette série macabre prend fin, avec à son compteur cinq « unités » et pas plus. Parce que cinq morts en une seule journée pour le seul district d’Abidjan, ça faisait vraiment trop.

KIKIE Ahou Nazaire

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment