11202018Headline:

Affaire: deux supermarchés de la même chaîne de distribution, situés à Yopougon, ont été la cible d’hommes armés.

Selon nos sources, c’est d’abord au quartier « Sideci » que les scélérats se signalent. Il nous revient, en effet, que peu après 20h, le supermarché « King cash », situé à proximité des locaux du palais de justice, ne reçoit plus de clients.

L’adjoint au gérant enjoint alors le vigile, de ne plus autoriser l’accès de la surface commerciale à des clients. Et qu’il est l’heure de faire le point de la recette du jour, et de s’en aller ensuite. Et pendant donc que l’agent de sécurité se tient à l’entrée du supermarché dont les portes sont rabattues, l’adjoint au gérant de la structure se retrouve avec les caissières dans l’anti-chambre, pour, comme on l’a dit, faire le point des gains avec elles.

Mais quelques instants seulement après, alors que tous s’emploient comme d’habitude à cette tâche, ils sont surpris dans la pièce attenante, par deux hommes armés de pistolets automatiques, tenant le vigile en otage.

Sous la menace de leurs pétards , les deux quidams se font remettre la somme de près de 400 000 F Cfa, avec laquelle ils se barrent des lieux. C’est donc après la fuite du gang, que la police, informée, se dépêche sur les lieux.

Sur les circonstances de l’attaque, le vigile laisse entendre qu’il a été surpris par les deux gangsters qu’il croyait être des clients ignorant que c’était l’heure de fermeture du supermarché.

Les choses en sont là, quand quelques minutes après, il est signalé l’attaque d’un autre supermarché « King cash ». Cette fois, à Niangon-Caféier. Ici, nos sources indiquent que c’est au nombre de trois, que les gangsters lancent l’assaut. Après avoir neutralisé le vigile G.Y., les bandits pénètrent avec lui à l’intérieur de la surface commerciale.

Une fois là, les gangsters tombent sur tous les employés des lieux, en train de tripoter les billets de banque. Les pauvres, au nombre de cinq, sont eux aussi tenus en respect par la bande armée qui, à la vue du fric, ont les yeux qui brillent comme des billes.

L’un des gangsters, certainement le chef, exige de la caissière, qu’elle lui remette tout de suite, tous les sous contenus dans le coffre-fort. La pauvre qui n’a pas le choix, s’exécute. Pendant ce temps, les deux assistants du chef de gang ne demeurent pas inactifs. Bien au contraire, ils ne se font pas prier pour vider la caisse jusqu’au dernier rond. Il nous revient que le butin est confortable pour ce gang armé qui s’arrache immédiatement des lieux.

C’est pourquoi d’ailleurs, lorsque les éléments de la police alertés viennent intervenir, les malandrins étaient déjà bien loin. Les agents des forces de l’ordre ne trouvent alors que les traces de leur passage.

En tout état de cause, la police mène son enquête, pour retrouver les auteurs des deux attaques ciblées. Une enquête qui devra, par ailleurs, expliquer pourquoi cette nuit-là, les malfaiteurs se sont essentiellement intéressés aux supermarchés de la chaîne « King cash ». Il faut bien le savoir.

Madeleine TANOU

 

abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment