11162018Headline:

Affaire: Très tard dans la nuit, il y a eu fusillade à Koumassi, entre des inconnus armés et des agents de police des blessés.

De fait, selon les informations données par nos sources, des éléments de la police effectuent une patrouille de sécurisation motorisée, en Zone industrielle, à Koumassi. Ceci, pour dissuader toute attaque criminelle dans ce secteur. La Zone industrielle regroupant de nombreuses sociétés faisant très souvent l’objet d’assauts criminels. Et pour l’heure, les choses semblent rouler au calme pour les policiers.

Mais peu après 23h, ce n’est plus du tout la même ambiance de tranquilité. En effet, alors qu’ils progressent, les policiers voient un taxi garé, subitement démarrer. Mais dans la précipitation, le conducteur perd le contrôle du dudit taxi, qui va percuter violemment un autre véhicule stationné, lui, en bordure de route.

Et aussitôt, les occupants du taxi s’en éjectent et se mettent à tirer sur la patrouille, avant de s’enfuir à pied . Les agents de police ripostent mais n’atteignent pas la cible. Néanmoins, ils effectuent une battue dans le périmètre de fuite des suspects, mais ne retrouvent guère trace de ces quidams qui viennent de démontrer, clairement, qu’ils sont des malfaiteurs.

Peu après, les agents de police reviennent au taxi, dans l’espoir d’y retrouver tout objet pouvant être utile, à leur enquête, qu’ils entendent ouvrir, en vue de retrouver, les fuyards. Et là, surprise ! Sur la banquette arrière, ils découvrent un individu ligoté. Ce dernier qu’ils défont de ses liens, rapporte aux éléments de la police qu’il répond au nom de Mamadou Diallo et qu’il est le chauffeur attitré du taxi.

Et comment se retrouve-t-il, alors, dans cette posture, au milieu de la fusillade, qui aurait pu lui coûter la vie ? Selon lui, cette nuit-là, il est à la recherche de clients, quand au niveau du camp commando, toujours à Koumassi, il est hélé par trois individus. Ces derniers qui se présentent à lui comme des clients ordinaires, demandent à être conduits à moins d’une dizaine de km de là.

Mais en chemin, ces individus vont lui montrer qu’à la vérité, ils ne sont pas des clients, mais des malfaiteurs. L’un d’eux sort, en effet, une arme à feu et l’oblige à garer son véhicule, à hauteur du carrefour « Soweto ». Lorsqu’il s’exécute, il est dépouillé de son téléphone-portable et de sa recette estimée à la somme de 24 000 F Cfa, au moment des faits. Après quoi, l’un des gangsters prend le volant, quand lui, ligoté, est confiné sur la banquette arrière.

A l’en croire, les trois malfrats comptaient assurer leur déplacement à bord du taxi. Cela, jusqu’en Zone industrielle, où ils avaient préalablement ciblé une société à attaquer. Mais là, on le voit, la suite n’est pas heureuse pour eux. La patrouille de police est venue tout faire foirer. Par ailleurs, si l’infortuné Mamadou Diallo déplore la dégradation de son véhicule, il est cependant tout heureux que les criminels ne lui aient pas fait plus mal que cela.

KIKIE Ahou Nazaire

 

abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment