11132019Headline:

Afrique du Sud : on se fait arracher les dents de devant pour se sentir “plus beau et plus séduisant”

Dans les townships de la ville du Cap, en Afrique du Sud, il n’est pas rare de voir des habitants de tous les âges avoir un trou à la place des dents de devant. Et ce n’est pas parce que leurs incisives sont en mauvaise santé : c’est une affaire de mode et de tradition. Cette tendance, parfois appelée le “sourire des Cape Flats”, du nom d’une banlieue du Cap, est spécifique à cette région et souvent perçu comme une forme de beauté.

De la mère de famille à l’ado et sa grand-mère

En effet, beaucoup de ceux qui ont retiré leurs dents de devant l’ont fait pour se sentir plus séduisants. Et ce n’est pas une question de génération, ni de sexe, puisque des personnes âgées, des mères de famille, ou des jeunes garçons arborent ce sourire original avec fierté. Wedaad, par exemple, habite dans une maisonnette de Hanover Park. Elle s’est fait retirer ses incisives, parfaitement saines, alors qu’elle était au lycée, et elle ne regrette rien.

“J’ai fait enlever mes dents de devant, six d’entre elles. Et depuis je n’ai pas remis de fausses dents. En fait j’aime bien, je l’ai fait parce que c’est assez populaire ici. Vous voyez, on se sent plus beau, plus séduisant.” – Wedaad à franceinfo

“Quand on est jeunes, poursuit-elle, on le fait aussi parce que tous nos amis le font, et on ne veut pas se sentir rejetés.” Contrairement à Weedad, beaucoup se dotent ensuite d’un dentier amovible, pour pouvoir choisir quand exhiber leur “sourire des Cape Flats” ou non. Une variante consiste à remplacer ces dents manquantes par des prothèses en or ou en argent. C’est une pratique courante, notamment, parmi les membres de la communauté “coloured”, la population métisse du pays, dont fait partie Weedad.

Jacqui Friedling, enseignante à l’université du Cap, est l’une des très rares scientifiques à avoir étudié le sujet, et a tenté de retrouver l’origine de ce phénomène : “Historiquement, explique-t-elle, des formes de retraits dentaires étaient aussi pratiqués dans d’autres endroits d’Afrique, afin d’identifier les membres de son ethnie. Ici, au Cap, on pense que la pratique est arrivée par les esclaves déportés au sein de la colonie.

” Aujourd’hui, c’est toujours une forme d’identification. Chez les plus jeunes c’est un peu un rite de passage, pour être inclus dans la communauté. – Jacqui Friedling

“Cette tradition s’est désormais répandue au-delà de la population ‘coloured’, poursuit l’universitaire, même si cette communauté reste la plus concernée.” Chacun justifie à sa manière cette étrange mutilation dentaire. Pour certains, il s’agit de l’influence des gangs, qui sévissent dans les townships et qui auraient popularisé cette pratique. Pour d’autres, la raison est … sexuelle. Surnommé le “passion gap”, le “gouffre de la passion” permettrait de meilleurs baisers, et plus si affinité… Les plus anciens ont certes quelques regrets, lorsque leurs autres dents commencent à bouger, voire à tomber à cause de ce trou au niveau des incisives. Mais quelles que soient les raisons données ou les conséquences à subir, ce sourire unique reste toujours très en vogue dans les Cape Flats.

Lire sur nouchi.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment