08142018Headline:

Agnibilékrou, un père retrouve son fils 28 ans après, et le fait jeter en prison

Il est resté sourd aux vibrations de la fibre parentale. A.K.D., c’est de lui qu’il s’agit, fermier d’une soixantaine d’années, résidant dans la ville d’Agnibilékrou, a ‘’balancé ‘’ à la police, son propre fils ABO. C’était le mardi 31 juillet 2018.

De quoi s’agit-il ? Selon nos sources, ABO, le fils en question, n’a jamais connu son père depuis sa naissance. Resté tout le temps à la charge de sa mère, il décide finalement de se lancer sur les traces de son géniteur. L’amour paternel lui manquant énormément. Ses recherches le conduisent dans la ville d’Agnibilékrou, où son père s’est installé. Dans cette localité située à l’Est du pays, le « vieux » à qui nous attribuons les initiales d’A.K.D., s’adonne à l’aviculture.

Peu après, lorsque le père et le fils se rencontrent, l’émotion est au rendez-vous. Étreintes et sanglots couronnent les retrouvailles. Les liens affectifs renaissent. 28 ans après. Les deux hommes ont les yeux embués de larmes. La force des mots est insuffisante pour décrire ce qu’ils vivent à cet instant précis.

Les jours qui suivent, A.K.D. initie alors son fils à ses activités professionnelles. Désormais, c’est ABO qui se charge de la gestion de la fiente de la volaille. Laquelle fiente constitue un précieux engrais, dans le secteur de l’agriculture.

Mais très rapidement, le sexagénaire va se rendre compte que son fils est ‘’un vilain garçon’’. En réalité, ABOest un féru du cannabis. Et une fois sa dose de drogue ingurgitée, il s’en prend violemment à son géniteur qui, au fil des jours, devient désormais, son souffre-douleur.

Excédé par les agissements de son fiston, A.K.D., en définitive, lui donne un bon coup de pied dans le postérieur et le fout à la porte. ABO ne s’assagit pas pour autant. Il prend plutôt ses quartiers dans une maison inachevée, située à l’Est de la ville. Désormais aux antipodes des injures de son paternel, il se came. Mieux, dans les environs, dans un champ de manioc, il s’adonne à présent à la culture du chanvre indien.

Son géniteur ne peut tolérer de telles dérives. Il saisit les éléments du capitaine Kouakou Kouakou, en charge de la lutte contre la drogue dans l’Indénié-Djuablin. Et dans la nuit du 31 juillet 2018, ABO est cueilli par les forces de l’ordre. Il est ensuite déféré devant le parquet de la section du tribunal de première instance d’Abengourou et placé sous mandat de dépôt. C’était le jeudi 2 août 2018.

 

afrikmag.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment