01192018Headline:

Alépé: Un cercueil volant “désigne” sa ‘’meurtrière’’ et la tue

Le port de cercueil pour désigner tous ceux qui seraient à l’origine de la mort d’une personne, pratique interdite depuis 2008 par les autorités préfectorales d’Alépé d’alors, a refait surface à Monga, localité située à 3 km d’Alépé et a occasionné la mort de dame N’Guessan A., âgée d’environ 75 ans.

Selon les informations reçues, tout est parti après la mort d’un jeune connu sous le pseudonyme de Tino, 30 ans, menuisier à Alépé. Ce jeune, poursuivent nos informateurs, plein de vie, a été retrouvé mort le 17 décembre dans une mare au quartier Assadoublin.

 

Cette découverte suscite tristesse et indignation avec de nombreuses interrogations. A son enterrement le lundi 18 décembre, des jeunes décident de porter le cercueil du défunt pour démasquer les éventuels sorciers qui seraient à l’origine de cette mort brutale. Ils se retrouvent au cimetière mais surprise. Le corps, toujours selon nos sources, ‘’refuse de rentrer dans la tombe’’ et retourne au village. Les porteurs très déterminés d’ailleurs, parcourent différentes voies du village.

 

Après un tour chez son père, cap est mis sur le domicile de sa tante. Celle-ci serait passée aux aveux avant de prendre la fuite. Malheureusement pour elle, le cercueil toujours porté, la ‘’déniche’’ dans une maison inachevée et la cogne à plusieurs reprises. Dame N’Guessan A., ne supportant certainement pas tous ces coups, s’écroule. Les porteurs déposent alors le cercueil sur elle. Impossible donc pour elle de se relever. Quelques instants plus tard, elle a rendu l’âme.

Au terme de cette ‘’mission’’ accomplie, les porteurs reprennent la route du cimetière et finalement le jeune Tino a été porté en terre vers 19 heures.

Rappelons qu’en novembre 2014, cette pratique avait occasionné la mort de deux présumés sorciers à Ingrakon, village distant de Monga de 4 km.

Fraternité Matin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment