08212018Headline:

Blolequin : Un charlatan viole une femme de 75 ans venue le consulter

Un fait à la fois renversant et choquant s’est produit dans la nuit du mercredi 18 avril 2018, à Ziglo, village de la sous préfecture de Zéaglo, dans le département de Blolequin. Une affaire de viol dont les acteurs sont B. Firmin, charlatan d’une quarantaine d’années, et sa victime présumée, dame D. Makoula, une vieille femme âgée de 75 ans.

Sur les faits, nos sources expliquent que depuis déjà un bon moment, Z. Marc, le fils de la septuagénaire, souffre d’un mal dont personne n’arrive à déterminer la nature. Ce qui fait qu’aucun soin, aussi bien de la médecine traditionnelle que de la médecine moderne, ne parvient à vaincre ce mal. Pendant ce temps, le pauvre garçon âgé de 35 ans, continue de souffrir terriblement dans sa chair.

Mais le mal du jeune homme a aussi des effets collatéraux sur son entourage. Notamment, sa mère D. Makoula dont il est le seul soutien, pour lui assurer un relatif confort au niveau de ses besoins quotidiens. Cette pauvre mémé, face à l’état de santé de son fils, qui se dégrade sérieusement, est quasiment désespérée.

Mais une lueur d’espoir va poindre, quand un proche va lui parler de B. Firmin. Un jeune charlatan-guérisseur qui vient de s’installer dans le village, il y a, à peine, une semaine. Ce dernier lui est présenté comme un puissant oracle aux pouvoirs mystiques incontestés. B. Firmin porte donc désormais tous les espoirs de la vieille femme, de voir son fils guérir. Et pour cela, elle ne veut plus perdre de temps.

A lire aussi: Marcory / Un faux marabout abuse sexuellement d’une étudiante en Master, et lui fait un enfant

Ainsi, ce mercredi 18 avril 2018, après le dîner, dame D. Makoula fonce chez le charlatan. Et cela, malgré l’heure très avancée de la nuit. Mais que ne ferait-elle pas pour son fils, son seul espoir ? Lui qui lui garantit jusque-là, son quotidien dans toute la dignité. Non, elle n’a aucune crainte à braver le danger, de faire une mauvaise rencontre dans ce village où tout le monde est pratiquement endormi. Fort heureusement, tout se passe bien sur le chemin.

Sur place, dame D. Makoula expose les raisons de sa présence. Après l’avoir écoutée attentivement, le voyant s’introduit dans sa chambre d’où il ressort avec dans la main, une espèce de fétiche. Puis, il se livre soudain à un monologue incantatoire, dont la conclusion cloue au pilori, la dame. En effet, au terme de ses incantations, le voyant laisse entendre à dame D. Makoula, que les ennuis de santé de son fils, ses déboires au boulot et sa difficile insertion sociale, n’ont qu’un et unique dénominateur commun : elle la maman et personne d’autre. « Quoi ? », s’écrie la femme, totalement dépassée.

A relire: Un marabout abattu à son domicile

B. Firmin qui a maintenant le beau rôle, explique à la veille dame, que la délivrer de la sorcellerie lui imposera à lui, un rude combat mystique, contre les forces des ténèbres. Ainsi donc, pour le job à faire, le jeune féticheur exige à dame D. Makoula, le paiement de la somme de 40 000 F Cfa. Celle-ci ne comprend vraiment rien à tout ce qui lui est jeté à la face. Toutefois, elle fait fi de tout cela, et met au devant, la santé de son garçon. Elle accepte de payer, mais soutient n’avoir, pour l’heure, que la somme de 7 000 F Cfa à verser. Et le reste, après guérison de son fils.

 

Grossier montage

Qu’à cela ne tienne ! le charlatan accepte la proposition de la mémé, mais à une seule condition : que celle-ci passe la nuit dans son cabinet, afin que le prétendu pouvoir mystique dévastateur en elle, soit définitivement anéanti. En tout cas, c’est ce qui lui est imposé, raconte B. Firmin à son interlocutrice, qu’il accuse d’avoir largué des « missiles » contre son propre gosse. La septuagénaire marche. Vu que le féticheur lui explique que sa présence est nécessaire dans son cabinet, quand il va falloir affronter les forces du mal qui sont encrées en dame D. Makoula.

Peu de temps après ces échanges, voici la visiteuse qui sombre dans les bras de Morphée. Et là, le voyant trouve que c’est la parfaite occasion d’en arriver à la conclusion de son grossier montage. Profitant donc du sommeil de la femme de 75 ans, il lui ôte son morceau de pagne. Et sans perdre de temps, le curieux féticheur s’emploie à pénétrer la mère de Z. Marc.

De toute évidence, la douleur est terrible pour la septuagénaire qui, depuis belle lurette, est éloignée de toute activité sexuelle. Sous la douleur, elle est brutalement tirée de sommeil, et surprend B. Firmin la chevauchant. Un féticheur s’échinant à lui ramener au goût du jour, ce qu’elle ne faisait plus depuis très longtemps.

Complètement éberluée, dame D. Makoula tient à peu près ce langage au violeur : « Mon fils, qu’est ce que tu étais en train de me faire là ? ». Totalement confus, le féticheur dont le sexe vient de perdre toute sa vigueur, face à ce revers, croit encore distraire. «  Ton fils sera guéri dans deux jours. A la seule condition que tu ne souffles mot à personne, de ce qui vient de se produire », prévient-il.

Après avoir promis de se taire effectivement, dame D. Makoula regagne son logis. Mais au lever du jour, elle déballe tout. Aussitôt, certains de ses proches, tout en rogne, foncent chez le charlatan qu’ils chopent. Après l’avoir « secoué » quelque peu, ils le conduisent à la brigade de gendarmerie de Blolequin qui n’existe plus que de nom. Le bâtiment ayant été incendié en février 2018, par des manifestants.

Interrogé sur son acte insensé, le féticheur, apprend-on, donne une réponse tout aussi décapante. « J’assure que je m’étais retrouvé dans ma chambre, avec une jeune fille trop belle. Et j’ai couché avec elle, sans savoir que c’était D. Makoura qui s’était transformée en cette demoiselle. Sinon, quel plaisir éprouverai-je à coucher avec une vieille femme, aux charmes avachis ? », se défend-il. Et de marteler que cette dame est une véritable sorcière voulant lui créer de gros ennuis.

Soit. En tout état de cause, il y a un certificat médical qui atteste bel et bien que la vieille femme de 75 ans a été violée. Et comme la justice ne retient que les éléments palpables et non toutes ces explications métaphysiques, B. Firmin, violeur présumé, devrait faire face aux conséquences pénales de l’acte qui lui est imputé. Aussi, le puissant charlatan est déféré devant le parquet de la section du tribunal de 1ère instance de Guiglo.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment