11142018Headline:

Bouaflé : Elle tranche le sexe de son mari, la victime raconte la nuit la plus douloureuse de sa vie

La tension était palpable dans ce couple depuis des années. Cette nuit-là, la femme qui n’est pas à son premier coup a posé un acte atroce. Yao, la victime, n’est pas prêt à revivre ce cauchemar.

Après deux semaines de soins, comment vous sentez-vous ?

Je vais légèrement mieux.

Expliquez-nous ce qui s’est passé avec votre femme cette nuit-là !

Quand je suis revenu de ma balade avec des amis, ma femme ne voulait pas que je me couche dans le lit. J’ai insisté pour me mettre au lit, c’est là que tout est parti.

Nous avons appris que vous lui auriez porté main quand elle se plaignait que vous sortez trop. Vrai ou faux ?

Faux ! Je n’étais même pas en état de frapper une femme. J’avais un peu bu et j’étais vraiment fatigué.

Pourquoi vous a-t-elle agressé à la machette?

(Il soupire) J’ai trouvé mon fils couché sur le lit à ma place. J’ai donc voulu le déplacer pour dormir. Ma femme s’y est opposée. Comme j’étais fatigué, je ne voulais pas d’histoires. J’ai donc minimisé sa colère et je me suis déshabillé. J’étais en slip et je voulais me coucher. Mais elle ne voulait pas que je me couche, les histoires ont commencé. (…) J’étais couché, je commençais à somnoler. Soudain, elle s’est jetée sur moi avec une machette. Je luttais avec elle et elle m’a même écorché le doigt avec la machette. Et le coup est parti. (…) Franchement, j’avais très peur quand je l’ai vu foncer sur moi avec la machette. J’ai pensé à tout sauf qu’elle me tranche le sexe. L’agression été très rapide. La douleur était atroce.

Comment elle a pu se procurer cette machette ?

C’est moi qui ai mis la machette sous le lit à cause de l’insécurité dans le quartier ces temps-ci. Elle savait cela. Voilà comment elle a pris la machette.

Pourrez-vous avoir une sexualité normale plus tard ?

(Rires) Après deux semaines de soins, je sens un battement habituel au niveau du pénis, mais j’ai encore mal. Donc, je ne peux pas pour le moment me prononcer avec précision.

Aimez-vous encore votre femme ? Si jamais elle revenait, allez-vous encore vivre avec elle ?

Moi ? Jamais ! Ma famille et moi ne sommes pas prêts à l’accepter encore à la maison surtout qu’elle n’est pas à sa première tentative. Il y a environ 4 ans, elle m’assommait avec un pilon, j’ai failli mourir. Elle est de nature calme, mais quand elle se fâche, elle devient très agressive. Je ne suis pas prêt à revivre ça encore.

Allez-vous porter plainte contre votre femme ?

Mon papa a décidé qu’on ne porte pas plainte à cause de notre enfant.

Mais êtes-vous prêt à la revoir encore si elle demandait pardon ?

Pour moi, je peux dire non. Mais pour l’enfant, je dirai oui. Je ne voudrais pas empêcher ma femme et son enfant de se revoir.

Propos recueillis par Guillaume Kouamé

Correspondant de la Marahoué

Après deux semaines de soins, comment vous sentez-vous ?

Je vais légèrement mieux.

Expliquez-nous ce qui s’est passé avec votre femme cette nuit-là !

Quand je suis revenu de ma balade avec des amis, ma femme ne voulait pas que je me couche dans le lit. J’ai insisté pour me mettre au lit, c’est là que tout est parti.

Nous avons appris que vous lui auriez porté main quand elle se plaignait que vous sortez trop. Vrai ou faux ?

Faux ! Je n’étais même pas en état de frapper une femme. J’avais un peu bu et j’étais vraiment fatigué.

Pourquoi vous a-t-elle agressé à la machette?

(Il soupire) J’ai trouvé mon fils couché sur le lit à ma place. J’ai donc voulu le déplacer pour dormir. Ma femme s’y est opposée. Comme j’étais fatigué, je ne voulais pas d’histoires. J’ai donc minimisé sa colère et je me suis déshabillé. J’étais en slip et je voulais me coucher. Mais elle ne voulait pas que je me couche, les histoires ont commencé. (…) J’étais couché, je commençais à somnoler. Soudain, elle s’est jetée sur moi avec une machette. Je luttais avec elle et elle m’a même écorché le doigt avec la machette. Et le coup est parti. (…) Franchement, j’avais très peur quand je l’ai vu foncer sur moi avec la machette. J’ai pensé à tout sauf qu’elle me tranche le sexe. L’agression été très rapide. La douleur était atroce.

Comment elle a pu se procurer cette machette ?

C’est moi qui ai mis la machette sous le lit à cause de l’insécurité dans le quartier ces temps-ci. Elle savait cela. Voilà comment elle a pris la machette.

Pourrez-vous avoir une sexualité normale plus tard ?

(Rires) Après deux semaines de soins, je sens un battement habituel au niveau du pénis, mais j’ai encore mal. Donc, je ne peux pas pour le moment me prononcer avec précision.

Aimez-vous encore votre femme ? Si jamais elle revenait, allez-vous encore vivre avec elle ?

Moi ? Jamais ! Ma famille et moi ne sommes pas prêts à l’accepter encore à la maison surtout qu’elle n’est pas à sa première tentative. Il y a environ 4 ans, elle m’assommait avec un pilon, j’ai failli mourir. Elle est de nature calme, mais quand elle se fâche, elle devient très agressive. Je ne suis pas prêt à revivre ça encore.

Allez-vous porter plainte contre votre femme ?

Mon papa a décidé qu’on ne porte pas plainte à cause de notre enfant.

Mais êtes-vous prêt à la revoir encore si elle demandait pardon ?

Pour moi, je peux dire non. Mais pour l’enfant, je dirai oui. Je ne voudrais pas empêcher ma femme et son enfant de se revoir.

Propos recueillis par Guillaume Kouamé

Correspondant de la Marahoué

Après deux semaines de soins, comment vous sentez-vous ?

Je vais légèrement mieux.

Expliquez-nous ce qui s’est passé avec votre femme cette nuit-là !

Quand je suis revenu de ma balade avec des amis, ma femme ne voulait pas que je me couche dans le lit. J’ai insisté pour me mettre au lit, c’est là que tout est parti.

Nous avons appris que vous lui auriez porté main quand elle se plaignait que vous sortez trop. Vrai ou faux ?

Faux ! Je n’étais même pas en état de frapper une femme. J’avais un peu bu et j’étais vraiment fatigué.

Pourquoi vous a-t-elle agressé à la machette?

(Il soupire) J’ai trouvé mon fils couché sur le lit à ma place. J’ai donc voulu le déplacer pour dormir. Ma femme s’y est opposée. Comme j’étais fatigué, je ne voulais pas d’histoires. J’ai donc minimisé sa colère et je me suis déshabillé. J’étais en slip et je voulais me coucher. Mais elle ne voulait pas que je me couche, les histoires ont commencé. (…) J’étais couché, je commençais à somnoler. Soudain, elle s’est jetée sur moi avec une machette. Je luttais avec elle et elle m’a même écorché le doigt avec la machette. Et le coup est parti. (…) Franchement, j’avais très peur quand je l’ai vu foncer sur moi avec la machette. J’ai pensé à tout sauf qu’elle me tranche le sexe. L’agression été très rapide. La douleur était atroce.

Comment elle a pu se procurer cette machette ?

C’est moi qui ai mis la machette sous le lit à cause de l’insécurité dans le quartier ces temps-ci. Elle savait cela. Voilà comment elle a pris la machette.

Pourrez-vous avoir une sexualité normale plus tard ?

(Rires) Après deux semaines de soins, je sens un battement habituel au niveau du pénis, mais j’ai encore mal. Donc, je ne peux pas pour le moment me prononcer avec précision.

Aimez-vous encore votre femme ? Si jamais elle revenait, allez-vous encore vivre avec elle ?

Moi ? Jamais ! Ma famille et moi ne sommes pas prêts à l’accepter encore à la maison surtout qu’elle n’est pas à sa première tentative. Il y a environ 4 ans, elle m’assommait avec un pilon, j’ai failli mourir. Elle est de nature calme, mais quand elle se fâche, elle devient très agressive. Je ne suis pas prêt à revivre ça encore.

Allez-vous porter plainte contre votre femme ?

Mon papa a décidé qu’on ne porte pas plainte à cause de notre enfant.

Mais êtes-vous prêt à la revoir encore si elle demandait pardon ?

Pour moi, je peux dire non. Mais pour l’enfant, je dirai oui. Je ne voudrais pas empêcher ma femme et son enfant de se revoir.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment