11182018Headline:

Cocody : Affrontements sanglants entre étudiants et gérants de bar/Une vingtaine de blessés graves

Une grosse bagarre a éclaté dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 janvier 2018, peu après 1h30 du matin, entre des étudiants qui célébraient deux anniversaires dans un bar et un groupe de jeunes managers de cet espace de divertissement situé au rond-point de Blockhauss.

Dans un communiqué de presse dont copie nous est parvenue le lundi 29 janvier, la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) fait savoir que le bilan de la rixe à la machette, aux gourdins et aux cailloux, fait état d’une vingtaine de blessés graves dans les deux camps. « Outre la vingtaine de blessés graves, plusieurs étudiants ont été pris en otage et ont vu leurs biens confisqués. Des étudiants n’ont eu leur salut que suite à l’arrivée de la police, qui s’est interposée et qui a pu récupérer certaines affaires confisquées », renseigne son secrétaire général, Assi Fulgence Assi. Puis de décliner toute responsabilité quant à ces affrontements sanglants. A en croire Assi Fulgence, la Fesci n’est nullement impliquée dans cette violence, étant donné que les étudiants qui festoyaient dans le bar s’y sont rendus à titre personnel. Mieux, ils n’y participaient, selon lui, à aucune activité syndicale.

« Ces étudiants fêtards se trouvaient dans le bar de ce quartier pour une sortie détente qui n’a rien à voir avec la Fesci », clarifie-t-il. « La Fesci que j’ai l’honneur de diriger, voudrait marquer son indignation contre cette barbarie et condamne cette forme de violence. Elle voudrait aussi, à toutes fins utiles, rappeler à l’opinion nationale et internationale que ce genre d’actions ne cadre pas avec sa vision. La Fescia une méthode singulière d’actions qui impose que ses actions soient le reflet des aspirations de l’ensemble des militants », ajoute-t-il, avant de s’insurger contre la campagne de diabolisation de sa structure à travers sa mise en cause dans les faits sus-évoqués.

« La Fesci demande qu’une enquête soit diligentée et que les auteurs soient punis. Elle sollicite, par ailleurs, la création d’une cellule tripartite Chefferie-Police-Etudiants pour prévenir d’éventuelles crises », écrit le leader de la Fesci.

TRAORE Tié

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment