11162018Headline:

Cocody : Un malfaiteur du nom de Moussa Compaoré, électrocutait ses victimes avant de les dépouiller

Très tôt le matin du mardi 12 décembre 2017, aux 2 Plateaux, dans la commune de Cocody, des populations riveraines, sur les dents, soumettaient un malfaiteur solitaire à un traitement de choc.

Et sur ce scélérat de 21 ans, répondant au nom de Moussa Compaoré, aux procédés très originaux, est découvert un arsenal peu commun. Un arsenal que n’utilisaient jusque-là pas encore, de tristes individus exerçant les mêmes « fonctions » que lui. Il s’agit d’un pistolet Taseur.

C’est une arme à transfert d’énergie électrique, non létale, délivrant une impulsion de 50 000 Volts. Elle est généralement utilisée par les agents des forces de l’ordre occidentaux, pour neutraliser des suspects. Et c’est cette arme, qu’utilise Moussa Compaoré, pour mener ses assauts.

En effet, nos sources nous apprennent que chaque fois, ce jeune mauvais garçon qui habite la commune d’Abobo, met ses « instruments de travail » sur lui. Puis, enfourchant sa moto, il part à la recherche de cibles. Comme un honnête travailleur allant vaquer à ses occupations rémunératrices.

C’est du moins, ce que croient ses voisins dont certains le prennent en bon exemple, pour tancer leurs enfants paresseux. On les entend dire : « Regardez votre ami Moussa qui, malgré son jeune âge, se bat au quotidien, pour s’assurer des acquis financiers. Et vous, vous êtes là à passer votre temps à ne rien f… et à racketter à tout vent ! ». S’ils savaient que le garçon qu’ils sont en train de prendre en exemple, est un criminel endurci, qui se fait du pognon, en agressant et en dépouillant des citoyens !

Ainsi, le le mardi 12 décembre 2017, aux alentours de 6h du matin, Moussa Compaoré quitte la maison, et le voilà parti comme d’habitude. Cramponné sur son engin à deux roues, il prend la direction des 2 Plateaux. Plus tard, l’y voilà.

Et à hauteur du quartier précaire de « Colombie », il croise le chemin de N.S. qui lui, parallèlement à son boulot de footballeur, est propriétaire d’un magasin de vente de téléphones-portables. Magasin situé dans les environs de l’hypermarché « Sococe ». C’est d’ailleurs, à ce commerce-là qu’il se rend de ce pas.

Moussa Compaoré gare sa moto et l’approche. Et l’indésirable social fait mine de prendre des renseignements avec lui, sur un prétendu endroit qu’il cherche. N.S. qui est loin d’imaginer les sombres intentions de son interlocuteur, s’emploie à le satisfaire.

Et soudain, le malfrat-solitaire, qui remarque que le footballeur-commerçant n’est pas sur ses gardes, sort soudainement son pistolet Taseur. Il le plaque contre N.S. L’arme, actionnée libère une puissante décharge électrique dans le corps du pauvre jeune homme de 19 ans. Électrocuté, l’infortuné se met à hurler de douleur. Le bandit profite de la situation pour arracher à sa victime, son sac à dos contenant 41 téléphones-portables.

Des badauds qui suivent la scène, volent au secours de N.S. Et alors que le malfaiteur tente de s’enfuir sur sa moto, ils le chopent. Ainsi, Moussa Compaoré est copieusement battu par la foule. Et malheureusement encore pour N.S, de tristes individus dont la moralité n’est pas moins sinistrée que celle du voleur appréhendé, profitent de la cohue et de la confusion, pour disparaître avec son sac renfermant les nombreux téléphones-portables.

Quant à Moussa Compaoré, il doit son salut à la police, intervenue pour disperser la foule déterminée à lui faire la peau. C’est donc grièvement blessé qu’il est évacué par les sapeurs-pompiers, aux urgences du Chu de Cocody. En attendant qu’il retrouve la plénitude de ses moyens physiques, pour répondre de ses actes, son arsenal avec lequel il opère est saisi. Il s’agit de son pistolet Taseur et d’une grenade lacrymogène qu’il n’a pas eu le temps de dégoupiller, pour dérouter ses bourreaux.

KIKIE Ahou Nazaire 

soir info   

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment