11212017Headline:

Côte-d’Ivoire /22 personnes interpellées après le lynchage d’un apprenti-gbaka par des gnambros

Quelque 22 personnes (des apprentis de gbaka +mini cars+) qui manifestaient suite à la blessure d’un des leurs ont été interpellées, lundi, à l’ancien corridor de Grand Bassam (Port-Bouët) au Sud d’Abidjan avant d’être conduites à la préfecture de police pour nécessité d’enquête.

Le lynchage d’un apprenti de gbaka par des gnambros (membres de syndicats de parc de stationnement non officiel des véhicules en commun) au grand carrefour de Koumassi alors qu’il s’apprêtait à embarquer un client sans avoir payé le droit de stationnement, serait à l’origine de ce débrayage.

‘’Ce matin nous avons décidé d’arrêter de travailler parce qu’un apprenti a été tué le mercredi par les gnambros. Nous avons barré la route qui mène à Bassam et empêché tous les véhicules de la ligne de rouler’’ a expliqué à APA, Ismaël, un apprenti de gbaka.

Donné pour mort, Marcel Zouré, la vingtaine révolue, est bel et bien vivant. ‘’J’ai eu un incident (Ndr altercation) avec trois jeunes au niveau du carrefour du camp commandos de Koumassi. J’ai embarqué un corps habillé en civil que je connais bien et qui habite dans mon quartier’’, explique-t-il.

‘’Lorsque j’ai embarqué cette connaissance, il y a un (gnambros ) qui est venu me pousser parce que j’avais la recette dans ma main et en le repoussant les deux autres se sont jetés sur moi. Le corps habillé a demandé pardon. Ils ont accepté le pardon’’, ajoute M. Zouré.

‘’Quand le chauffeur voulait démarrer, je suis monté dans le véhicule, et un m’a saisi. Ils m’ont attrapé et ont commencé à me battre. J’ai donc perdu connaissance. J’ai par la suite été conduit par les sapeurs-pompiers au CHU de Treichville où j’ai reçu des soins et j’ai été libéré jeudi vers 18h’’, a encore expliqué l’apprenti.

‘’Je rassure mes parents, tous ceux qui me connaissent que je suis bel et bien vivant. Je dis à la population que j’ai reçu des soins et je suis vivant’’ a-t-il rassuré.

Dans le même élan, Mamery Doumbia, Président de la mutuelle générale des chauffeurs professionnels de la CEDEAO (MUGCP – CEDEAO) a rassuré la population sur la reprise des activités de transport sur l’axe Abidjan –Bassam

‘’Nous sommes en pourparlers avec les apprentis et les gnambros. Le travail a repris timidement mais cela s’explique du faite que plusieurs chauffeurs habitent à Abobo, Bonoua , Aboisso donc ils sont pour la plupart rentrés chez eux .J usqu’à demain les choses reviendront à la normale.’’ a-t-il promis.

‘’Quand nous avons été interpellés le mercredi suite à cette altercation, nous nous sommes rendus sur les lieux et nous avons pris en charge l’apprenti qui a été blessé. Ce dernier souffrait d’une hernie et quand il a été tapé, il a perdu connaissance‘’ a précisé M. Doumbia.

‘’Nous sommes allés expliquer aux apprentis que leur ami n’est pas mort. Nous lançons un appel à la population car ce n’est pas ce que les chauffeurs et les apprentis voulaient. Nous présentons nos excuses à la population. 22 personnes ont été interpellées et gardées à la préfecture de police’’ a-t-il encore expliqué.

‘’Le préfet nous a rassuré que ceux qui auront leurs cartes d’apprenti puisque nous délivrons des cartes aux apprentis et aux chauffeurs, seront libérés et ceux qui ne seront pas identifiés resteront pour des enquêtes’’ a conclu Mamery Doumbia.

MC/ls/APA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment