01172017Headline:

Côte d’Ivoire –Aéroport Félix Houphouet-Boigny: Tout sur les milliards saisis /Ce qui s’est passé

Aéroport fhb...

Aéroport Félix Houphouet-Boigny: Tout sur les milliards saisis

Le vrai propriétaire aux mains de la gendarmerie

Belle prise que celle réalisée par les services de Douanes de l’aéroport Félix Houphouet-Boigny.

Les services de Douanes de l’Aéroport Félix Houphouet-Boigny d’Abidjan-Port-Bouët, ont interpellé avant-hier 7 juin 2016, vers 9 h 30, un homme à triple nationalité, avec la somme de 1 million 679.500 euros, en liquide, soit l’équivalent de 1 milliard 100 millions 072 mille 500 Fcfa.

C’est grâce à un agent des Douanes teigneux, qui a intimé l’ordre au chef d’escale de faire descendre les bagages du voyageur suspect, que l’argent a pu être saisi. C’est cette faramineuse somme en coupures d’euros, soigneusement cachée dans le double-fond d’une valisette ( trolet) que l’homme avait réussi à faire embarquer dans la soute à bagages d’un avion en partance pour un pays du Proche Orient. Il aurait, selon nos sources, bénéficié de la complicité active d’agents d’une structure d’assistance au sol.

Pour échapper aux rayons X du scanner non tenu par les douaniers, l’homme a placé l’argent, couvert de papier aluminium, dans une petite valise enfermée dans une grande. Les douaniers qui luttent contre la fuite des capitaux, ne sont pas présents au scanner de départ, un maillon capital tenu par une entreprise spécialisée dans la protection de l’aviation civile contre les actes d’interventions illicites. Or, pour faire échec aux fuites de capitaux et autres devises, il était impérieux que la douane ait son regard sur le scanner de sortie des bagages vers les soutes des avions. Et pourtant, tout comme les ports, l’aéroport est sous douane… Des sources sécuritaires en charge du dossier soutiennent que cet homme se nomme C. Mohamed, ressortissant d’un pays du Proche-Orient. Les enquêteurs ont découvert sur lui, trois passeports.

Conduit dans les locaux de la gendarmerie de l’aéroport où il a été auditionné sur ses activités et la provenance de cette forte somme, « il ne s’est pas montré coopératif », selon notre source. Il a été placé en garde à vue pour approfondissement de l’enquête. Mais C. Mohamed intéresserait « des services de renseignements d’un pays occidental ». La Direction de la surveillance du territoire ( Dst) ainsi que la police de l’aéroport vont entendre l’homme. Les enquêteurs en charge du dossier, selon nos sources, ont conclu, après investigations, que « C. Mohamed bénéficierait d’une aide interne » au niveau d’un des services de l’aéroport.

A la gendarmerie de l’aéroport où nous nous sommes rendu mercredi 8 juin, la présence de l’individu nous a été confirmée, mais notre interlocuteur s’est refusé à toute déclaration. Cette arrestation n’est pas sans rappeler celle survenue en 2015, dans laquelle, le nom d’un douanier avait été cité. Il est incarcéré en ce moment à la Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan). Mais, un officier des douanes que nous avons interrogé sur place évoque « l’existence d’un réseau » qui a fait emprisonner « sans preuves et gratuitement », ce douanier à la Maca. « Ce douanier est innocent. Il a été accusé à tort, et aujourd’hui, il croupit à la Maca…. Les douaniers de l’aéroport sont révoltés face cette injustice criante », s’est-il emporté.

Ce sous-officier des Douanes en question a été accusé de collusion avec le réseau de fuite des capitaux vers l’étranger. L’homme arrêté a-t-il un lien avec ce réseau ou s’agit-il d’un simple et honnête voyageur qui a oublié de déclarer son argent aux fiscs ? L’enquête ouverte situera… La sortie des capitaux est soumise, en Côte d’Ivoire, à une réglementation stricte. Tout contrevenant s’expose à des peines privatives de liberté et la confiscation de son colis. C. Mohamed, selon nos sources, devrait être remis à la police économique, et l’argent saisi, versé au trésor public.

Armand B. DEPEYLA

soir info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment